Colloque transfrontalier Guyane-Suriname

Colloque transfrontalier Guyane-Suriname

L’Université de Guyane, en partenariat avec l’Université ANTON DE KOM du Suriname, a organisé la première Journée d’échanges scientifiques sur la question transfrontalière du Maroni, le jeudi 09 février à Saint-Laurent du Maroni, au lycée Bertène Juminer. Au total, une cinquantaine d’enseignants-chercheurs se sont rencontrés pour travailler ensemble sur des thématiques communes pour une meilleure connaissance de leur territoire.

Une collaboration pour une recherche d’envergure

Si d’un point de vue strictement politique, le Maroni est défini comme une frontière délimitant le Suriname et la Guyane, ce long fleuve de 611 km est plutôt un trait d’union entre deux territoires présentant des caractéristiques communes aussi bien géographiques, sociales, historiques que culturelles… et où les enjeux de développement sont importants. Cet « Espace Maroni », comme il conviendrait de le dénommer, doit être abordé dans une démarche transversale et pluridisciplinaire.

Nombreuses sont les études scientifiques menées sur chacune des rives du Maroni par des équipes scientifiques aussi bien surinamaises que françaises. L’objet de ce séminaire transfrontalier était donc de faire se rencontrer les chercheurs des deux pays voisins ; savoir ce que fait l’autre dans sa thématique de Recherche et favoriser l’émergence de projets de recherche communs pour développer la coopération régionale entre la Guyane et le Surinam.

Un Protocole d’accord entre les deux universités a d’ailleurs été signé le 24 avril 2015 pour souligner le besoin de coopération plus proche dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Depuis cette signature, les Départements de Lettres et Sciences Humaines des deux universités ont signé un accord de coopération spécifique pour mettre en œuvre un Programme de Licence français à ADEKUS (Surinam).

Plusieurs ateliers thématiques ont été développés lors de cette journée. Ceux-ci répondaient aux thématiques de recherche susceptibles d’être développés en commun.

  • Atelier 1 : Environnement, Territoires, Ecologie
  • Atelier 2 : Economie, Développement, Ressources naturelles
  • Atelier 3 : Populations, migrations, Education, Culture

Il en ressort la proposition de divers projets qui devront rapidement voir le jour. Ils permettront de resserrer les liens scientifiques entre la Guyane et son pays limitrophe…