Conférence Genre et Orientalisme le 03 mai à l’université de Guyane.

Conférence Genre et Orientalisme le 03 mai à l’université de Guyane.

L’orientalisme est un objet d’étude aussi passionnant que polémique, comme l’a prouvé celui que l’on considère souvent comme l’un des pères des études postcoloniales, Edward Said. Le Pr. Natascha Ueckmann s’intéresse à cet objet avec la même acuité littéraire et pluridisciplinaire.

Cette universitaire allemande vient présenter en Guyane le travail issu de sa thèse sur les récits de voyage au féminin, bientôt à paraître en français sous le titre Genre et orientalisme. Récits de voyage au féminin en langue française (XIXe-XXe siècles). A l’Université de Brême, elle enseigne les littératures francophones et les théories postcoloniales, et travaille sur l’écriture autobiographique, l’esthétique de la créolisation, du néobaroque et le genre, ce, notamment dans le cadre de l’Institut d’Études post-coloniales et transculturelles (INPUTS).

La conférence du 3 mai prévue en salle F002 à 18h n’abordera pas les grands noms auxquels on associe l’idée de récits de voyage en Orient (Flaubert ou Nerval par exemple). Le professeur Natascha Ueckmann traitera l’orientalisme du point de vue des femmes, en montrant que le voyage en Orient n’était pas rare chez la gente féminine éduquée au XIXème et au XXème siècles, bien que peu de voyageuses soient devenues célèbres dans l’histoire littéraire française. Parties en pèlerinage, en mission professionnelle, en voyage d’étude, exilées pour accompagner un mari ou par désir de liberté, ces exploratrices ont des parcours divers. Mais que se passe-t-il quand une femme – considérée traditionnellement comme l’Autre de l’homme – voyage vers des pays qui représentent pour l’Occident la plus ancienne image de l’Autre? Ne s’agit-il pas d’une expérience de double étrangeté? Confrontées au racisme, à la misogynie, à l’impérialisme et aux difficultés de socialisation liées à leur différence culturelle et à leurs privilèges, les voyageuses en Orient ressentent la nécessité d’écrire. Natascha Ueckmann nous fera entendre leurs témoignages et les analysera.