Tristan — un étudiant aux multiples casquettes

Tristan — un étudiant aux multiples casquettes

Tristan Baudrit, étudiant en deuxième année de Lettres est actuellement vice-président étudiant à l’université de Guyane. Il revient sur son travail et son parcours d’élu. Une mission qui lui tient très à cœur.

Présente-toi. Quel est ton parcours en tant qu’étudiant ?
Je m’appelle Tristan Baudrit, j’ai 26 ans et cela fait maintenant plus de 12 ans que je vis en Guyane. Je suis arrivé ici à l’âge de 13 ans où j’ai fait une grande partie de ma scolarité : collège, lycée. J’ai même eu l’occasion de faire des études à l’ex UAG (Université des Antilles-Guyane). Durant mon parcours universitaire j’ai essayé plusieurs formations, L.E.A, A.E.S, Droit, aucune ne m’ont convenu, jusqu’à l’année dernière où j’ai découvert la formation de Lettres. Je suis actuellement en deuxième année et je m’y plais beaucoup. J’ai enfin découvert ma voix !

Pourquoi avoir choisi de devenir VP étudiant ?
Le choix de devenir VP étudiant s’est fait progressivement et naturellement. En effet, j’étais déjà impliqué dans la vie étudiante associative avec mes camarades de l’association des Lettres avec qui nous avons mis en place les sorties à Mana. Par cette activité, j’ai rencontré le précédent vice-président étudiant et j’ai découvert cette fonction petit à petit. La suite est assez simple, les élections arrivaient à grands pas et je m’intéressais de plus en plus à la vie étudiante et associative. J’ai donc travaillé avec mes camarades à la création de notre liste pour les élections au Conseil Académique, et nous avons échangé sur mes projets en qualité de VP étudiant dans lesquels ils m’ont apporté une grande aide et ils continuent de me soutenir.

Quelles sont tes missions ? Ton rôle en qualité de représentant des étudiants ?
Mes missions sont assez larges, je suis le représentant de tous les étudiants sur l’ensemble des pôles de l’université. Je suis habilité à les représenter et les conseiller, quels que soient leur département, leurs filières, leur niveau d’étude.
A cet effet, j’interviens en premier lieu dans les instances (Conseil Académique, Conseil d’administration, commission culture) pour faire remonter la voix de mes camarades. Mais au-delà de ce côté plus politique, il y a également un côté « plus terrain » qui consiste à aller directement à la rencontre de l’administration : Direction de la Scolarité (DSRVE), Direction des Affaires Juridiques (DAJMPA), les professeurs et même le président. Ces rencontres permettent de discuter plus en profondeur de certains sujets pour faire avancer les demandes et les projets des étudiants. C’est un travail qui peut être assez chronophage et qui demande beaucoup de patience. Il faut prendre le temps d’écouter les étudiants, de comprendre leurs difficultés, d’analyser qu’elles sont les solutions possibles et de connaître les bons interlocuteurs. Enfin, il y a une grande partie du travail qui est la liaison avec les associations étudiantes. Nous devons les accompagner dans leurs projets, les aider dans la mise en place de ces derniers et les mettre en relation avec les interlocuteurs adéquats. Toutes ces missions se font en avec mes camarades élus étudiants.

Penses-tu qu’aujourd’hui les étudiants soient suffisamment engagés ?
C’est un constat que nous faisons régulièrement avec mes camarades, non les étudiants ne sont pas assez engagés. Nous avons de merveilleuses personnes qui donnent énormément de leur temps à la vie étudiante et associative, mais cela reste encore une minorité. Beaucoup d’étudiants ne s’impliquent pas et nous essayons régulièrement de les sensibiliser et leur inculquer la culture de l’engagement.

Quelles sont les qualités pour être VP étudiant ?
Selon moi, pour être VP étudiant, il est indispensable d’être, en premier lieu, diplomate. Le travail nécessite beaucoup de relationnel, d’écoute, d’empathie, alors c’est fondamental. Il faut également avoir une grande résistance à la pression et au stress, une grande dose de motivation, et surtout beaucoup d’imagination et de volonté. En effet, ce rôle, avant tout, c’est nous qui le façonnons à notre image et chaque VP doit y mettre sa touche personnelle !

Comment gères-tu aujourd’hui tes deux casquettes de VP étudiant et d’étudiant en licence ?
Je peux dire qu’en cette deuxième année de licence et mi-mandat de VP étudiant, je suis bien plus à l’aise avec mes deux casquettes, que ce soit dans mes relations avec l’administration ou les professeurs, que dans mon travail personnel. L’année dernière était bien plus compliquée, car tout était question d’équilibre entre les cours et la fonction. J’ai eu besoin de beaucoup de temps pour trouver le parfait équilibre pour qu’il n’y ait pas une activité qui prenne le dessus sur l’autre. Ce n’était pas facile, au début mes résultats scolaires se sont trouvés affectés, mais maintenant je fais bien plus attention au temps que je consacre à chacune des activités ; même si je donne la priorité à mes études, cela restant mon objectif premier.

Qu’est-ce que cette fonction t’apporte dans ta vie ?
Cette fonction m’apporte beaucoup au niveau du relationnel. J’ai pu y développer beaucoup de compétences, gagner en maturité, mais aussi mieux connaître le fonctionnement global de l’université. J’ai appris beaucoup de choses en participant aux instances. Mais surtout cela m’a permis de travailler dans plusieurs domaines, d’être polyvalent et donc d’avoir une plus grande flexibilité et aisance dans différents domaines administratifs. J’ai également profité de très bons cocktails à l’université !

Et pour l’avenir, envisages-tu de continuer dans la politique ?
Pour l’avenir, je n’ai qu’une certitude, je vais continuer mon chemin d’étude. Si j’en ai l’occasion, je m’engagerais pour mes camarades, où que je sois, mais je n’ai pas de grand projet politique.

Quels sont tes projets d’avenir ?
J’ai eu le temps de bien y réfléchir et maintenant que j’ai trouvé ma voix grâce à la licence de Lettres qui me plait, je vais m’y accrocher. Je souhaite continuer ensuite en master MEEF français et m’orienter dans l’enseignement secondaire. J’ai découvert le métier d’enseignant lors d’un stage dans le cadre de ma formation, et je dois dire que ce fut une vraie révélation. J’ai pris beaucoup de plaisir donc je vais rassembler mon courage et continuer mes études dans ce sens avec l’alternance !