Un nouveau parcours de formation pour les Intervenants en langue maternelle

Un nouveau parcours de formation pour les Intervenants en langue maternelle

Pendant deux semaines, 22 intervenants en langue maternelle, parmi les plus anciens du dispositif créé en 1998, se sont retrouvés à Cayenne pour une première session de formation en master-classe.

Ils et elles sont venus depuis Taluhwen, Elahé, Antekum, Gran Santi, Papaichton ou du bourg de Maripasoula sur le Haut-Maroni, de Trois Sauts, Camopi ou de Saint-Georges sur l’Oyapock, mais aussi de Saint-Laurent, de Kourou et de Macouria.

« Cette première session de formation en pré-DU était extrêmement enrichissante et m’a permis de développer mes connaissances. Il y avait un suivi et un encadrement très sérieux, les enseignants sont à l’écoute et nous donnent une chance de réussir. » exprime un des participants à la formation.

Le master-classe est une modalité pédagogique qui permet d’acquérir des diplômes tout en poursuivant son activité professionnelle, même en commune isolée. Les cours sont regroupés sur cinq sessions par an, à cheval sur le temps de travail et sur les congés, avec des enseignants ou des professionnels confirmés. Ils sont adaptés aux besoins de ce public qui bénéficie d’une riche expérience pédagogique et interculturelle, tout en ayant interrompu parfois très tôt sa scolarité.

Méthodologie, informatique, expression orale et écrite, introduction aux sciences de l’éducation, culture générale… Le travail de mise à niveau était donc intense, y compris pendant les jours gras où la formation a quitté l’Université pour le lycée Max JOSEPHINE.

Des temps forts ont rythmé ces deux semaines de travail : une sortie pédagogique sur le sentier de Montabo, comprenant la découverte des quelques 200 polissoirs de l’époque amérindienne situés derrière Montjoyeux-Les-Vagues. Mais également, une rencontre avec François SUSKI, pilote d’avion légendaire ayant approvisionné les villages les plus isolés de Guyane pendant des décennies.

Le parcours de formation est construit en collaboration avec le Rectorat, en particulier l’Intervenant Langues Maternelles, et d’autres partenariats sont encore à venir.  Ce parcours sur deux ans (DUSEF et DUSED) amènera les ILM au niveau Licence en sciences de l’éducation. A terme, les 80 ILM de l’Académie pourront ainsi viser le master et la titularisation comme professeurs des écoles, habilités à enseigner dans les langues régionales (nenge tongo, kali’na, wayana, wayãpi, parikwaki, teko, hmong, saamaka).

L’ingénierie pédagogique mise en œuvre par la Formation Continue, sur la base d’une pédagogie inversée et la conception de modules à distance, permettra ainsi de proposer des réponses adaptées aux nombreuses attentes qui s’expriment sur tout le territoire en termes de formation, de qualification et de montée en compétences.