L’ethnicité au cœur des questions scolaires. Le cas de la France hexagonale

L’ethnicité au cœur des questions scolaires. Le cas de la France hexagonale

Dans le cadre du cycle de conférences du DFR Lettres et Sciences Humaines et de l’IUT de Kourou, la nouvelle conférence aura pour thème « L’ethnicité au cœur des questions scolaires. Le cas de la France hexagonale ». Elle sera présentée par Abdel Qribi, MCF en sciences de l’éducation à l’ESPE de Guyane, et aura lieu le jeudi 6 juin à 18H30 à l’amphi C du Campus Troubiran.

L’ethnicité à l’école est entendue comme un mode de différentiation sociale basé sur un sentiment d’appartenance, réel ou imaginaire, définissant des frontières ente un « nous » et les autres.  Elle sous-tend les relations et tend à les structurer. Elle renforce les inégalités entre élèves. En France, si la sociologie de l’éducation est restée longtemps indifférente au phénomène, les tendances récentes de la recherche renouvellent les approches. Effectivement, l’attention portée aux dynamiques internes des établissements scolaires et des relations quotidiennes ainsi que des observations de type qualitatives à l’échelle microlocale notamment, ont permis l’identification et l’analyse des processus d’ethnicisation à l’œuvre dans l’espace scolaire. Qu’apportent donc ces éclairages et quelles réflexions suggèrent-ils au niveau de la Guyane ?

La communication tentera d’abord de contextualiser le débat dans le cadre de l’évolution sociohistorique de l’immigration en France et de la scolarisation des enfants qui en sont issus en tant qu’objet scientifique sensible. Les mots et les approches employés prennent leur sens en étant articulé aux catégories de l’Etat et des représentations sociales dominantes.

L’intervention du facteur « ethnicité » dans les processus scolaire sera illustrée à travers des mesures institutionnelles, mais aussi par des éclairages scientifiques mettant le focal aussi bien sur l’emprise du regard ethnique dans le geste professionnel des acteurs de l’éducation que dans la conduite des élèves.

La prise en compte de la dimension ethnoculturelle dans le contexte guyanais commence à être documentée. Elle renvoie aux questions de la reconnaissance des identités multiples du territoire et des élèves dans l’enseignement et les apprentissages. Mais elle a trait aussi aux dynamiques pédagogiques entre professionnels de l’éducation et élèves et dynamiques relationnelles entre élèves.

La question porte, peut-être, moins sur l’existence d’une dimension ethnique dans les dynamiques scolaires, mais plutôt sur le traitement ou le positionnement institutionnel et pédagogique le plus appropriée quant à la reconnaissance des différences culturelles dans la perspective d’une école juste et décente.

Quelques mots sur le conférencier

MCF en sciences de l’éducation à l’ESPE de Guyane, Abdelhak QRIBI est l’auteur d’un ouvrage paru en 2012 dans la collection Éducation familiale, chez L’Harmattan, sous le titre Socialisation interculturelle et identité. Il a par ailleurs codirigé en 2010 un ouvrage collectif paru dans la collection l’Education spécialisée au quotidien, chez Eres, sous le titre La démarche qualité sans le champ médicosocial.