Conférence « Migrations, diasporas et créolisation dans la Caraïbe »

Conférence « Migrations, diasporas et créolisation dans la Caraïbe »

L’EA MINEA et l’USR LEEISA, adossé au master CCS-SI du DFR LSH et au master PIETAS de l’INSPE, lancent un séminaire « Frontières, circulations, interculturalités et interactions Hommes-Milieux ». La première séance aura lieu Jeudi 7 novembre 2019 et sera présenté par Cédric Audebert, DR CNRS géographie. Il interviendra sur le thème « Migrations, diasporas et créolisation dans la Caraïbe » de 16h à 18h en salle F 106 au Campus de Troubiran.

Ce séminaire interdisciplinaire en sciences sociales réunit des chercheurs de deux laboratoires, l’EA MINEA et l’USR LEEISA dont l’OHM Oyapock, et s’adresse particulièrement aux doctorants de l’UG et aux étudiants de deux masters : le master Civilisations, cultures et sociétés « sociétés et interculturalité́ » du DFR LSH (master CCS-SI) et le master « Pratiques et Ingénierie de l’éducation, du Travail et de l’Action Sociale » de l’INSPÉ (master PIETAS).

Le très fort dynamisme (Planas et Bertrand, 2011) durant ces dernières décennies des recherches portant sur les frontières et les circulations est révélateur d’un changement de paradigme vécu par les sciences sociales. Alors que celles-ci tendaient à étudier les territoires, les cultures et les sociétés avant tout comme des ensembles clos et bien circonscrits, les échanges, les réseaux et les zones de contacts (voir la notion de « frontière épaisse » Dullin, 2014) apparaissent désormais comme essentiels à la compréhension des dynamiques historiques, sociales, culturelles et environnementales.

Le présent séminaire ambitionne de croiser les thématiques des frontières, des circulations, des interactions hommes-milieux et de l’interculturalité non seulement sur le plateau des Guyanes, de l’Orénoque à l’Amazone, mais aussi plus largement en Amazonie et dans la Caraïbe, sans exclure des apports issus d’autres espaces.

Trois entrées seront privilégiées :

  • Les frontières : qu’elles soient étatiques ou d’une autre nature (régionales, linguistiques, culturelles), comment les frontières émergent-elles, ou se recomposent-elles ? Quels sont leurs effets sur les populations, les flux de biens, de personnes, la transmission, la structuration de l’espace, la biodiversité́ et les rapports hommes-milieux ? Quel est leur degré de porosité́ ?
  • Les circulations et les mobilités : Communautés transnationales et diasporas traversent les frontières nationales, et utilisent le différentiel produit par celles-ci. Certains groupes s’installent dans la mobilité au point que l’on peut parler de territoires circulatoires (Tarrius, 2001). Qui circule, et comment ? Comment les populations subvertissent ou utilisent les frontières? Comment ces circulations construisent de nouveaux mondes sociaux et culturels ?
  • Les zones frontalières, zones de contacts et interculturalités : souvent perçus comme des marges, les frontières produisent aussi leur propre centralité. Elles ne sont pas nécessairement linéaires et peuvent prendre des formes diverses, particulièrement en ville. Les zones frontalières sont des lieux privilégiés d’échanges, de recomposition, d’hybridation, qu’il convient d’étudier dans le détail. La notion de diplomacy from below apparaît ainsi comme une porte d’entrée intéressante pour analyser les processus de négociations et d’aménagement développées par les populations frontalières (Morieux 2009).

Le séminaire comportera entre 5 et 8 séances par an. Lors de chaque séance, un ou deux intervenants présenteront leur travail.

Programme prévisionnel 2019-2020

  • Jeudi 7 novembre 2019 : Cédric Audebert, DR CNRS géographie, « Migrations, diasporas et créolisation dans la Caraïbe », 16h-18h, salle F 106 campus de Troubiran.
  • Mercredi 20 novembre 2019 (séance double) : Handerson Joseph, professeur d’anthropologie Université Fédérale de l’Amapa: «Les maisons des Haïtiens: réseaux transnationaux et diasporas » et Silvana Nascimento, professeure d’anthropologie, Université de Sao Paulo : « Contrepoints à la frontière: réflexion ethnographique sur la transitivité de corps et de genre dans le Alto Solimões, État d ́Amazone, Brésil », 17h-20h, salle E 109, campus de Troubiran.
  • Mercredi 11 décembre : Isabelle Léglise, DR CNRS, sciences du langage, « Perspectives sociolinguistiques sur les notions de frontières et circulations : effacements des frontières, mises en frontières, circulations et construction langagière de l’altérité. » (heure et salle à préciser).

Les prochaines dates seront communiquées ultérieurement.