Colloque Littérature, patrimoine culturel et mémoire d’Amazonie

Colloque Littérature, patrimoine culturel et mémoire d’Amazonie

L’Université de Guyane organise un colloque international intitulé « Littérature, patrimoine culturel et mémoire d’Amazonie » (LICMA) en partenariat avec l’Université Fédérale de l’Amapa et l’Université Fédérale du Para les 14 et 15 novembre 2019. Ce colloque vise à réunir les spécialistes de la région afin d’échanger sur les questions liées au patrimoine culturel et mémoriel du bassin amazonien.

Les réactions internationales suite à l’annonce du projet de Bolsonaro de lier le Ministère de l’Environnement au Ministère de l’Agriculture ont rappelé à quel point l’Amazonie était un objet de controverse, un patrimoine environnemental convoité et fantasmé. Ce débat met en lumière les tensions entre deux perceptions : le droit à l’aménagement et à l’exploitation d’un espace souverain et la volonté de préserver à tout prix le « poumon de la planète ». Dans le cas de la Guyane, c’est le projet controversé de la Montagne d’or qui cristallise ces débats à l’échelle nationale.

L’Amazonie, entre mythe, rêve et réalité

Au XVIIIème et au XIXème siècles, les expéditions militaires et scientifiques participent à la constitution d’un imaginaire occidental sur l’Amazonie et plus généralement sur les espaces considérés comme « sauvages ». Ces expéditions contribuent à développer les connaissances sur la faune et la flore en Amérique et en Amazonie tout en ouvrant la porte à une meilleure connaissance des populations amérindiennes – essor de l’anthropologie et de l’ethnologie, apports de l’archéologie. En outre, les récits de voyages dont le public est friand alimentent les imaginaires, les fantasmes et les désirs d’aventure. Sont ainsi générés des discours qui font de l’Amazonie le support d’images et de représentations, négatives ou valorisantes, qui perdurent encore aujourd’hui (BERTRAND, VIDAL : 2002). « Enfer vert » puis « poumon vert », L’Amazonie est investi par un imaginaire occidental influencé par le discours rousseauiste et les environnementalistes américains relevant de la notion de Wilderness (LASLAZ : 2012).

Ces formes de représentation cèdent peu à peu le pas à l’analyse et la mise en valeur des discours produits par les populations amazoniennes (CARNEIRO DA CUNHA : 2012). Amazonie mythique, Amazonie rêvée, Amazonie réelle, plusieurs dimensions qui composent l’histoire fascinante  d’une lente « colonisation » d’espaces inconnus. On manque encore d’éléments pour comprendre la réalité d’un immense territoire, celui du Plateau des Guyanes, vaste ensemble aux caractéristiques culturelles et linguistiques encore méconnues (COLLOMB, MAM LAM FOUCK : 2016).

Des travaux de recherche aux approches pluridisciplinaires

L’exploration multiforme et pluridisciplinaire de l’Amazonie que nous proposons fera émerger de nouveaux questionnements tout en revisitant des savoirs plus anciens (ROSTAIN : 2017). Ainsi une étude de la diversité linguistique amazonienne et transfrontalière s’appuiera sur des approches descriptives, historiques, théoriques et appliquées. Aspect caractéristique d’une communauté ethnique, la langue maternelle, vecteur de valeurs et de savoirs, est très souvent utilisée dans la pratique et la transmission du patrimoine culturel immatériel. Se pencher sur la relation des peuples en situation de multilinguisme permettrait sans doute une revalorisation des langues jusque-là minorées.  Les études littéraires s’orientent quant à elles vers le bassin amazonien ainsi que vers les traditions orales autochtones et marronnes (MARTIN : 2003). Une réflexion est ainsi menée sur l’identité, l’histoire et la mémoire présentes dans les œuvres littéraires et les sources historiques configurées dans la singularité territoriale de la région des Guyanes et des Amériques en général. Néanmoins, même si certains géographes s’intéressent aux littératures guyanaises et à leur rapport à l’espace et à l’environnement (LEZY : 2005), les approches littéraires géocritiques (WESTPHAL : 2000), écocritiques (HUGGAN et TIFFIN : 2010) ou écopoétiques (ROMESTAING, SCHOENTJES et SIMON, 2015; BLANC, CHARTIER et PUGHE : 2008) restent encore à développer pour mieux comprendre l’intrication des enjeux environnementaux, patrimoniaux et esthétiques en Amazonie. De même sur le plan juridique, et dans une perspective de développement durable, l’Amazonie pose de nombreuses questions en lien avec les droits de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, ainsi qu’avec les droits des peuples autochtones : quels sont, dans ces domaines, et dans un contexte nécessairement transfrontalier, les dispositifs juridiques adoptés et mis en œuvre ? Sont-ils suffisamment coordonnés et efficaces ? Permettent-ils une conciliation convenable entre protection de l’environnement et droit au développement ? Garantissent-ils une juste prise en compte des droits des peuples autochtones ou des revendications patrimoniales exprimées par les populations concernées, au sens du droit international ou européen ?

Ce colloque permettra aux différents spécialistes de la région de présenter les résultats de leur recherche, en suivant une approche pluridisciplinaire selon les axes suivants :

  • Langues et littérature (orale et écrite) d’Amazonie
  • Imaginaires et représentations
  • Droit environnemental et droit des peuples autochtones
  • Tradition et développement
  • Question des frontières et rapport au territoire
  • Etudes des sociétés amazoniennes – Dynamiques amazoniennes
  • Récits de voyage et regards sur l’Amazonie
  • Histoire de l’Amazonie

Programme

Jeudi 14 novembre 2019 : AMPHI C

7h45 : Accueil

8h15 : Mot d’ouverture (Université, CTG, Laboratoire MINEA)

Langues et politiques identitaires
Présidente : Sophie Alby, Maître de conférences en Sciences du langage, Université de Guyane

9h : A base oral dos ladrões de marabaixo: literatura e história para uma identidade no Amapá, Yurgel Pantoja Caldas, Kerllyo Barbosa Maciel, Estrela Veg da Cruz de Andrade, Université Fédérale de l’Amapa

9h20 : Línguas indígenas no Oiapoque: identificação, reconhecimento e políticas linguísticas, Elissandra Barros da Silva, Carina Santos de Almeida, Université Fédérale de l’Amapa

9h40 : Qu’écrivent les amérindiens d’Amazonie? Analyse des productions écrites par les amérindiens du bassin amazonien, Silvia Macedo, Université de Guyane

10h : Plurilinguisme et expression des identités culturelles : une analyse comparative du Bénin et de la Guyane, Charles Dossou LIGAN, Université d’Abomey-Calavi (UAC) / République du Bénin

10h20-10h40 : Discussions

10h40-11h : Pause

Langues et littérature (orale et écrite) d’Amazonie
Línguas e literatura (oral e escrita) da Amazônia
Languages and (oral and written) literature of Amazonia
Présidente : Audrey Debibakas, Maître de conférences en langues et cultures régionales, Université de Guyane

11h : Existe t–il une littérature businenge ?, Tomou Dinguiou, Université de Guyane

11h20 : Approche écopoétique des espaces forestiers équatoriaux (Amazonie/Congo), Xavier Garnier, Université Sorbonne-Nouvelle

11h40 : Les explorations et les frontières doubles en Amazonie dans Retour de Guyane de Léon Gontran Damas, Mylène Danglades, Université de Guyane

12h : Mémoire et lieu de parole dans les romans historiques du Suriname, Natali Costa, Université Fédérale de l’Amapa

12h20-12h40 : Discussions

13h : déjeuner au restaurant universitaire

Etude des sociétés amazoniennes – Dynamiques amazoniennes
Estudos das sociedades amazônicas Dinâmicas Amazônicas
Studies of Amazonian societies – Amazonian dynamics
Président : Christian Cécile, Maître de conférences en langues et cultures régionales, Université de Guyane

14h30 : Pará-guiana: migração e transnacionalismo no estuário amazônico, José Guilherme dos Santos Fernandes, Université Fédérale du Para

14h50 : Kawey’u, les grands chants wayapi. Reconnaissance et transmission sur le haut Oyapock, Jean-Michel Beaudet, Université Paris-Nanterre

15h10 : Patrimoine culturel immatériel et création artistique : analyse anthropologique de quelques projets récents en Guyane (2012-2018), Thomas Mouzard, Direction Générale des Patrimoines, Ministère de la Culture

15h30-15h50 : Discussions

15h50-16h10 : Pause

Question des frontières et rapport au territoire
Questão das fronteiras e relação com o território
Question related to borders and relationship to the territory
Président : Rosuel Lima-Perreira, Maître de conférences en civilisation brésilienne, Université de Guyane

16h10 : Ethos da garimpagem na fronteira da Amazônia franco-brasileira – uma análise sociológica, Paulo Milhomens, Université Fédérale de l’Amapa/Campus Oiapoque.

16h30 : Vulnerabilidade nos limites de terras indigenas em área de fronteira, Evilania Bento da Cunha, Evangelina Sonia dos Santos Jeanjacque, Kassia Ângela Lod Moraes Galibi, Université Fédérale de l’Amapa

16h50 : A etnobotânica como uma perspectiva para a educação ambiental  aplicada a comunidades tradicionais em contextos interculturais no município do Oiapoque/ap, Adenilda Ribeiro de Moura, Université Fédérale de l’Amapa/Campus binacional d’Oiapoque

17h10-17h-30 : discussions


Vendredi 15 novembre 2019 : Amphi A

Imaginaires et représentations : récits de voyage et cinéma
Imaginários e representaçõe
Imaginary and representations
Présidente : Mylène Danglades, Maître de conférences en langues et cultures régionales, Université de Guyane

9h : Le Voyage Fluvial de Hercule Florence : illustrer le Brésil, représenter le Brésil, Giulia Manera, Université de Guyane

9h20 : « Lope de Aguirre, de l’Amazonie comme terre du passage à l’acte », Ur Apalategui, Université de Pau et des Pays de l’Adour

9h40 : Je est un autre… Moi non plus ! Réflexions sur l’expérience amérindienne d’un prêtre breton, Erwan Hupel, Université Rennes 2

10h-10h20 : Discussions

10h20 -10h50 : pause

10h50 : Le cinéma en Amazonie française : identité, société et économie, Paul Rosele Chim, Université de Guyane

11h10 : « L’ étreinte du serpent », un film de Ciro GUERRA, Nancy Mongaï, Université de Guyane

11h30-11h50 : Discussions

12h : déjeuner au restaurant universitaire

Histoire de l’Amazonie
História da Amazônia
History of the Amazon
Présidente : Linda Amiri, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Guyane

14h : “Tudo feito a golpe de vista sem precisão de rumos e distâncias”: expedições e viagens nas fronteiras das Guianas Francesa e Portuguesa (século XVIII), Paulo Cambraia, Université Fédérale de l’Amapa

14h20 : L’Amazonie au cœur du processus de « redécouverte de l’Amérique » aux XVIIIe et XIXe siècles, Soizic Croguennec, Université de Guyane.

14h40 : Les Conquistadors et premiers explorateurs qu’ont-ils réellement vu ? Nicola Todorov, Université de Guyane

15h : Indigenismo brasileiro e indianidade entre os povos indígenas de Oiapoque, Carina Santos de Almeida, Elissandra Barros da Silva, Université Fédérale de l’Amapa

15h20-15h40 : discussions

Pause

Droit environnemental et droit des peuples autochtones
Direito Ambiental e direito dos povos autóctones
Environmental law and indigenous peoples’ rights
Président : Tristan Aoustin, Maître de conférences en droit privé, Université de Guyane

16h : Peuples amérindiens de Guyane et peuples autochtones des Etats-Unis d’Amérique : stratégies des associations de protection de l’environnement et revendications identitaires, Claire Palmiste, Université de Guyane

16h20 : Inovação na gestão de conflitos socioambientais na Amazônia, Mario Teixeira de Mendonça Neto, Ana Karla da Silva Moraes Arruda, Marcele Martins de Lima, Université Fédérale de l’Amapa

16h40 : Triangular Nexus of National Development, Environmental Sustainability and Traditional Rights: The case of Suriname,  Ruben Martoredjo, Université Anton de Kom

17h : Suriname’s Foreign Policy related to the Guiana shield in historical perspectives, Jennifer Olivieira MSc. and Youandi Berrenstein, Université Anton de Kom

17h20-17h40 : dicussions

17h40 : clôture

19h30 : Cocktail dinatoire Hotel Amazonia