Léopold Sédar Senghor : l’héritage d’un penseur, poète et politique

Léopold Sédar Senghor : l’héritage d’un penseur, poète et politique

Léopold Sédar Senghor : l’héritage d’un penseur, poète et politique

Le DFR Lettres et Sciences Humaines organise une conférence le jeudi 12 mars 2020 à partir de 18h à l’amphithéâtre A du campus de Troubiran, intitulée « Léopold Sédar Senghor : l’héritage d’un penseur, poète et politique ». Cette conférence sera animée par M. Denis Assane Diouf, Maître de conférences assimilé en littérature africaine écrite de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Poète, penseur et homme politique à la fois, Léopold Sédar Senghor (1906 – 2001) a traversé le XXe siècle en « écho sonore » de ses affrontements et de ses transformations. Ses options esthétiques marquées du sceau de l’hybridité, sa pensée dialectique – enracinement, ouverture et symbiose–, ainsi que ses choix politiques de premier président d’une jeune nation nouvellement indépendante, Senghor les a voulus et placés à « hauteur d’homme »,  pas seulement de l’homme noir.

À la lumière de l’histoire actuelle du monde, et singulièrement de celle l’Afrique,  revisiter et questionner son œuvre multidimensionnelle, « sans vaine sentimentalité ni éloquente démagogie », comme il le dirait lui-même, revêt un  intérêt double : baliser le labyrinthe de la mondialisation à l’aide du «  fil de Senghor » d’une part, et d’autre part, diffuser les pensées et l’esthétique d’un des écrivains  noirs majeurs afin de le protéger contre l’incompréhension  des contemporains et l’oubli des générations.

Quelques mots sur le conférencier

M. Denis Assane Diouf est Maître de conférences assimilé en littérature africaine écrite au département de Lettres modernes de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, et  membre du Laboratoire d’Etudes africaines de l’école doctorale Arts, Cultures, Civilisations  (ARCIV).

De formation académique initialement classique (Diplôme d’Études Approfondies (DEA) et Maitrise de Lettres Classiques), M. Diouf s’est intéressé  par la suite à la littérature africaine, précisément à la poésie de Senghor dont il est spécialiste.  Il a soutenu une thèse de  doctorat au intitulée  «  Léopold Sédar Senghor,  poète des interchanges culturels » au Laboratoire des Études Africaines de l’École Doctorale Arts, Cultures, Civilisations.

Ancien pensionnaire de  l’École Normale Supérieure (ENS) de Dakar, il a enseigné, plus d’une décennie, les lettres au Lycée Djignabo de Ziguinchor (au sud du Sénégal) avant d’exercer la  fonction de Conseiller pédagogique itinérant (CPI) et formateur en français au Centre Régional de Formation des Personnels de l’Éducation  dans la même inspection d’Académie de Ziguinchor.