Passer au contenu principal
recherche
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
Mise à jour le 31 mai 2023 à 10:26 am

Conférences et débats

Ces conférences se tiennent mensuellement, dans le cadre du partenariat entre la Fondation et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Guyane. Elles sont enregistrées pour la Collection MANIOC de la bibliothèque numérique de l’Université de Guyane.

Premières études sur la Petite Mer des Sargasses au large de la Guyane

Julie NEHMTOW (Docteur en écologie),
Enzo COLLOMBAT (Ingénieur en environnement, Bureau d’étude MBC),
Marion SUTTON (Cheffe de projet, Applications environnementales Groupe CLS)
— 2 mai 2022

En 2020, le Grand Port Maritime de la Guyane a lancé deux études sur les sargasses. L’objectif était de mesurer la préfaisabilité d’un projet de transformation des sargasses en engrais de Guyane, ainsi que la mise au point d’une méthodologie de leur collecte en mer, de leur transport jusqu’au port de Dégrad des Cannes et de leur valorisation, au bénéfice de la filière agricole et agro-alimentaire. Ces études entrent aussi dans le cadre de la stratégie de développement commercial et d’économie durable du port ».

Lire la vidéo

Premières études sur la Petite Mer des Sargasses au large de la Guyane

Malakit : un projet de recherche innovant pour contrôler le paludisme sur les sites isolés forestiers

Malakit : un projet de recherche innovant pour contrôler le paludisme sur les sites isolés forestiers

Maylis DOUINE — Chercheur à la direction régionale de l’INSERM, CHAR Cayenne

La Guyane fait face à un contexte très particulier : un réservoir important de paludisme sur des sites d’orpaillage isolés difficiles à contrôler du fait de la mobilité des personnes concernées, de l’isolement géographique et du contexte politique.

Une recherche opérationnelle à grande échelle a été mise en œuvre par le Centre d’Investigation Clinique Antilles-Guyane Inserm 1424 du CHC en Guyane en partenariat avec le Brésil et le Suriname. Ce projet pilote Malakit a évalué l’efficacité de la distribution au niveau des frontières avec le Brésil et le Suriname de kits d’autodiagnostic et d’autotraitement pour améliorer le bon usage des traitements antipaludéens après réalisation d’un test de diagnostic rapide du paludisme. L’objectif était d’évaluer la faisabilité et l’efficacité de cette stratégie innovante pour contrôler le paludisme sur ces sites d’orpaillages illégaux.

Pendant 2 ans d’expérimentation (2018-2020), 4766 kits ont été distribués à 3733 personnes par les médiateurs implantés sur les zones de passage des orpailleurs sur les 2 frontières. L’évaluation a montré une participation de 30% de la population ciblée, une bonne utilisation des kit (72%), une amélioration des comportements (+25% de diagnostic + traitement adapté) et un impact sur la situation du paludisme sur le Plateau des Guyanes (+43% de diminution du nombre de cas).

Ce projet international innovant montre que des personnes peu instruites peuvent être formées à une prise en charge par elles-mêmes de symptômes du paludisme et à changer leur comportement lorsqu’elles sont en situation très isolée. Cette stratégie pourrait constituer un nouvel outil de lutte contre le paludisme dans d’autres régions du monde confrontées à de façon similaire à du « paludisme résiduel ».

Lire la vidéo

Malakit

Les risques alimentaires parasitaires liées à la consommation des viandes issues d’animaux d’élevage et la faune sauvage

Magalie PIERRE DEMAR — Professeure des Universités-Praticien Hospitalier (PU-PH), Praticien Hospitalier au CHC et enseignant chercheur de l’Université de Guyane et membre de l’Equipe de Recherche « Tropical biome and Immunophysiopathology » de l’Unité mixte de recherche « Centre d’Infection et d’Immunité » de Lille (TBIP-UMR CIIL) — 15 novembre 2021

Les maladies parasitaires en lien avec la consommation de viandes animales font intervenir des microorganismes dont le cycle biologique comprend parfois une phase de développement au niveau des muscles de l’hôte infecté. La consommation de viande d’élevage ou de viande de gibier infestées crues, peu cuites ou avariées constitue une voie fréquente de transmission des parasites chez l’homme. L’exemple-phare est la toxoplasmose et la toxoplasmose amazonienne.

Au cours de cette conférence, la Pr Magalie Pierre Demar situera la problématique en Guyane française et présentera le programme de recherche PARALIM mené par l’équipe de recherche TBIP dont l’objectif principal est de contribuer à la sécurité sanitaire alimentaire des consommateurs et des populations de Guyane française en évaluant le risque alimentaire parasitaire lié à la consommation de viandes en Guyane.

Lire la vidéo

Toxoplasmose

Protection et valorisation des bagnes de Guyane avec comparaisons des stratégies de la Nouvelle Calédonie et de l’Australie dans son application au tourisme

Linda AMIRI — Maître de conférences en histoire contemporaine Université de Guyane

Afin d’informer les entreprises sur les travaux de recherche et développement menés au sein des laboratoires de recherche de l’Université de Guyane, l’Université de Guyane et la Chambre de Commerce et d’Industrie organisent une fois par mois des conférences-débats. L’objectif de contribuer à la construction d’une vision partagée sur les opportunités de création de richesses et les moyens à mobiliser en faveur du développement local d’une société plus sobre en carbone, plus juste et plus harmonieuse.

Lire la vidéo

Bagne de Guyane

Faire rayonner la recherche Guyanaise médicale en Amérique Latine : les leçons de l’histoplasmose

Mathieu NACHER — PU-PH, HDR directeur interrégional Centre d’Investigation Clinique Antilles-Guyane (Inserm CIC 1424) Centre Hospitalier de Cayenne — 3 mai 2021

À travers l’histoire d’un axe thématique fort de la recherche sur l’histoplasmose disséminée on tirera les enseignements de ce que l’on peut espérer faire en Guyane pour développer une recherche en Santé originale, internationalement reconnue et localement utile. La création d’un CHRU de Guyane sera bientôt une réalité. La crédibilité de la recherche en Santé Guyanaise a été un élément important pour démontrer la maturité du projet. Cette dynamique de recherche sera également capitale pour améliorer l’attractivité de compétences nouvelles sur le territoire.

Lire la vidéo

Histoplasmose

Estuaires de Guyane sous influence de l’Amazone : nouvelles connaissances scientifiques au service d’une meilleure gestion des activités portuaires

Antoine GARDEL — Géomorphologue du littoral au CNRS — 06 avril 2021

Si le fonctionnement sédimentaire des estuaires tempérés est relativement bien documenté, les estuaires tropicaux le sont moins. Ils sont fréquemment bordés de mangroves, qui contrôlent les flux d’eau et de sédiments. Outre la présence de mangroves, les estuaires guyanais se caractérisent par la proximité des vasières amazoniennes, qui migrent le long du littoral et constituent ainsi une grande originalité du contexte géographique. Des études très récentes sur les estuaires de l’Oyapock, du Mahury et du Maroni ont montré que les vasières sont une importante source de matière capable de créer de la turbidité à l’intérieur de l’estuaire.

Cependant, l’influence de l’environnement amazonien sur la variabilité de la circulation estuarienne, l’étendue de l’intrusion saline, ou encore les processus de formation de bouchons de boue intra-estuariens restent des questions scientifiques fondamentales non résolues pour la plupart des estuaires régionaux. Cependant, une bonne connaissance de la dynamique hydro-sédimentaire des estuaires, ainsi que des outils de modélisation numérique sont indispensables pour mieux planifier les opérations de maintenance des chenaux d’accès aux ports et analyser leur impact réel sur l’environnement physique, biologique et humain en le court et moyen terme. Au-delà des objectifs de compréhension intrinsèques à la recherche scientifique, les travaux initiés ces dernières années par des équipes interdisciplinaires visent à apporter des connaissances pour la gestion durable des estuaires qui devront subir des aménagements urbains et industriels, accompagnés d’un trafic maritime croissant.

Voir le diaporama

Produire des données météorologiques locales au service de la transition énergétique, ou pour d’autres besoins…

Laurent LINGET — Vice-président de l’Université de Guyane, Professeur membre du laboratoire Espace Dev – 1er mars 2021

Actuellement, les modes les plus répandus de production d’énergie électrique génèrent sur le plan mondial des effets nocifs dont les plus connus sont : le rejet de gaz à effet de serre et de déchets radioactifs. Les énergies renouvelables permettent de s’affranchir de ces nuisances tout en contribuant au développement durable de la planète. Parmi les énergies renouvelables disponibles, le solaire photovoltaïque est la source d’énergie qui devrait être la plus déployée à l’avenir dans le monde. Une des raisons de cette croissance est liée à la baisse continue du coût de production de l’énergie photovoltaïque qui atteint 82 % entre 2010 et 2020.

La Guyane par exemple bénéficie d’un ensoleillement suffisant pour offrir de sérieuses opportunités de développement des systèmes de production d’énergie photovoltaïque.

Mais la banalisation du recours à l’énergie photovoltaïque ne se fera pas naturellement, des freins, des contraintes d’ordre technologique existent et des recherches doivent être poursuivies pour améliorer l’efficacité et la rentabilité des systèmes photovoltaïques, notamment sous les tropiques.

C’est dans ce contexte que s’inscrivent les activités de recherche de l’UMR Espace-dev dont les objectifs sont de répondre aux problématiques de la filière photovoltaïque en contexte amazonien à travers la production de données météorologiques locales à haute résolution spatiale.

Voir la vidéo

L’Ifremer en Guyane au 21è siècle: de l’halieutique aux sciences de la durabilité

Fabian Blanchard – délégué régional de l’Ifremer en Guyane, docteur en océanographie Biologique et habilité à diriger les recherches — 7 février 2021

L’Institut Scientifique et Technique des Pêches Maritimes s’est implanté en Guyane en 1971. En 1984, la fusion de l’ISTPM et du CNEXO a donné naissance à l’IFREMER dont le laboratoire des ressources halieutiques de Guyane se consacre à l’étude de la pêcherie crevettière, au vivaneau mais aussi à la pêche côtière au poisson blanc. Début 2000, la seule équipe travaillant sur le milieu marin en Guyane est composée de 5 personnes. L’activité se concentre sur l’appui aux politiques publiques. Au cours des deux décennies suivantes, l’observatoire de la pêche côtière a été mis en place. Des travaux de recherche ont été développés sur l’impact de la pêche sur la biodiversité, l’impact du changement climatique sur les ressources et les pêcheries, l’économie des pêches pour répondre aux questionnements liés à l’approche écosystémique requis par la Politique Commune des Pêches. Cinq thèses ont été menées. Ce développement a permis en 2016 de s’associer formellement au CNRS et à l’Université de Guyane dans le cadre d’une unité mixte de recherche (LEEISA). Les compétences locales sur le milieu marin sont ainsi aujourd’hui de 20 chercheurs, enseignant-chercheur, ingénieurs, techniciens, VSC ingénieurs et doctorants. Un navire côtier de recherche est en construction et un laboratoire d’analyse a été mis en place. En parallèle, les approches collaboratives scientifiques/pêcheurs se développent ainsi que la coopération régionale via un groupe de travail international sur les ressources halieutiques coordonné depuis la Guyane. Malgré ces progrès, les connaissances nécessaires pour la gestion intégrée du milieu marin, de ses ressources et des activités économiques deviennent de plus en plus grandes et complexes, nécessitant des approches toujours plus intégrées et pluridisciplinaires avec de nouvelles méthodologies.

Lire la vidéo

De l’halieutique aux sciences de la durabilité

Carrefour des créateurs (Radio Mayouri Campus)

Filtre

Fondation  UG

Suzanne PONS
Préfiguratrice

Jessica MARCHAND
Chargée de marketing et de communication

Moïra YENOT
Chargée de développement mécénat, partenariat et fundraising


La Fondation UG
Campus de Troubiran
BP 20792
97337 CAYENNE Cedex

fondation@univ-guyane.fr

Fermer le menu

Université de Guyane | multiplions les possibles

fr_FRFrançais