Les fondements de REDD+ à l’épreuve des modèles de déforestation : Cas d’étude sur le Plateau des Guyanes

Doctorant : Camille DEZECACHE
Date : 17 mai 2017
Directeurs de Thèse : Bruno HERAULT, Directeur de recherche au Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique (CIRAD) et la codirection de Monsieur Jean-Michel SALLES, directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Résumé

Depuis ses balbutiements au début des années 2000, la Réduction des Emissions liées à la Déforestation et la Dégradation forestière, plus connue sous le sigle REDD, a peu à peu été admise comme un moyen indispensable des politiques globales de lutte contre le changement climatique. Reposant sur le concept de « déforestation évitée », elle nécessite la formulation d’un scénario de référence servant à évaluer les efforts des pays dans la maîtrise de leur niveau de déforestation, au cœur de nombreux débats politiques et scientifiques.

La problématique générale de cette thèse concerne la formulation des scénarios de référence dans la perspective du mécanisme REDD+, appliquée à une région à forte couverture forestière et faible déforestation. Le Plateau des Guyanes constitue à ce titre une zone d’intérêt à la fois pour les aspects modélisation d’une part, et dans la mise en perspective du mécanisme REDD+ d’autre part.

Suite à une introduction générale, le second chapitre de cette thèse cherchera à mettre en place une méthode de modélisation spatialement explicite adaptée à la faible déforestation observée sur le Plateau des Guyanes, tout en intégrant pleinement au sein de ce modèle les variables socio- économiques pertinentes. Ce modèle sera appliqué au cas de la Guyane française, pour lequel nous bénéficions d’une grande connaissance des facteurs de déforestation, associée à des jeux de données socio-économiques importants. Il repose essentiellement sur une distinction stricte entre un modèle de localisation de la déforestation, basé sur des variables géographiques spatialisées, et un modèle d’intensité de la déforestation basé sur des variables socio-économiques caractérisant les différentes activités à l’origine de la déforestation. Ce modèle d’intensité est lui-même composé de différents sous-modèles, chacun associé à un facteur de déforestation particulier, permettant une prise en compte précise de l’impact de chacun d’entre eux, à la fois dans leur étendue spatiale et temporelle.

Dans le troisième chapitre, on élargira l’analyse à l’ensemble de notre zone d’étude, en se focalisant sur l’orpaillage, principal facteur de déforestation sur le Plateau des Guyanes, alors que la composante spatiale à fine échelle de la déforestation sera laissée de côté. Cette focalisation sur le cas de l’orpaillage nous permettra de définir plus précisément les variables socio-économiques et politiques importantes pour déterminer l’ampleur de la déforestation produite par cette activité. Par ailleurs, l’élargissement de la zone d’étude permettra de mieux mettre en évidence les interactions transnationales, notamment les fuites de déforestation qui sont un des piliers du mécanisme REDD+.

Dans un quatrième temps, nous chercherons à replacer les résultats issus de ces modèles focalisés sur les variables socio-économiques de la déforestation, au sein du cadre plus large de l’ensemble des méthodologies de formulation des scénarios de référence. Un modèle régional simple sera alors formulé en prenant en compte les principales activités alimentant la déforestation sur le Plateau des Guyanes, l’orpaillage, l’agriculture et l’urbanisation. Ses résultats concernant l’intensité et la localisation de la déforestation prédite seront comparés à ceux obtenus à partir d’autres méthodes simples d’estimation des scénarios de référence publiées. Ce travail permettra de questionner le choix d’un scénario de référence, avec l’éclairage apporté par la projection de modèles prenant en compte les moteurs actuels de la déforestation à l’échelle de la région. Ceci

permettra d’alimenter le débat sur le fonctionnement de REDD+ dont la question des scénarios de référence constitue un des principaux défis.

Contact

Pour contacter l'École Doctorale, utilisez le formulaire de contact ci-dessous. Nous vous remercions de remplir l’ensemble des champs (★) en étant clair et précis afin qu’une réponse appropriée puisse être apportée.

Actualités