logo-minea-universite-guyane

Domaine de recherche : Sciences humaines et sociales
Structure(s) de rattachement : Université de Guyane
Directrice : Isabelle HIDAIR, Maître de conférence, Habilitée à Diriger des Recherches.
Directeur adjoint : Sébastien CHAPELLON
Directrice adjointe : Linda AMIRI
Coordonnées : Université de Guyane, bât. A, BP 6001, 97306 Cayenne Guyane


Le projet de création de l’unité de recherche Migration Interculturalité et Éducation en Amazonie (MINEA) constitue une démarche originale qui s’inscrit dans la continuité des activités de la structure de recherche de l’Université des Antilles et de la Guyane (UAG) – existant avant la scission en juin 2014 – il s’agissait en l’occurrence, du Centre d’archivage et de documentation ethnographique de Guyane (CADEG) qui était une équipe interne du Centre de Recherche interdisciplinaire en Lettres, Langues, Arts et Sciences humaines (CRILLASH EA 4095) en Guyane. Dans le cadre de programmes financés par l’Union européenne et la Région Guyane, des collaborations avaient précédemment été engagées entre l’UAG et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Présentation de l’unité

Accréditée en janvier 2017, l’unité de recherche 7485 MINEA décline ses travaux dans le cadre des thématiques prioritaires de l’Université de Guyane, telles qu’elles ont été formulées par l’École Doctorale (ED 587) de l’établissement :

  • Dynamique de la biodiversité en Amazonie : du gène aux écosystèmes, notamment la biodiversité des écosystèmes forestiers agronomiques, marins, littoraux et fluviaux ;
  • Dynamique des écosystèmes spontanée ou influencée par l’action de l’Homme (interactions Hommes-milieux) ;
  • Technologies en environnement amazonien et technologies bio-inspirées ; Santé et écologie de la santé en milieu tropical ;
  • Dynamique et gestion durable des territoires amazoniens ;
  • Dynamique des sociétés amazoniennes dans leurs environnements.

 

MINEA s’attache plus particulièrement au développement de la recherche sur la dynamique et la gestion durable des territoires se situant sur le Plateau des Guyanes et le bassin de l’Amazone, ainsi que sur la dynamique de leurs sociétés au sein de leurs différents environnements. Ainsi, aux côtés des autres unités de recherche de l’Université de Guyane, MINEA apporte sa pierre au développement de la recherche, telle qu’elle a été pensée au sein de l’Université de Guyane.

Dans la continuité de travaux réalisés durant le contrat en cours, MINEA explore les questions relatives à l’immigration, aux constructions identitaires, au droit et à la cohésion sociale, en privilégiant les approches littéraires, anthropologiques, sociologiques, juridiques, géographiques, historiques, économiques et linguistiques.

Des partenariats avec des institutions du Sud et des centres de recherche internationaux permettent d’articuler les activités de recherche avec la formation et d’ancrer durablement l’Unité MINEA à l’international.

L’unité de recherche MINEA a pour vocation l’émergence de travaux scientifiques pluridisciplinaires à l’interface entre les sciences humaines, les lettres et les sciences juridiques et économiques. Elle est structurée en cinq thématiques :

  1. Éducation, scolarisation, inclusion (ÉSCI)
  2. Imaginaires, littérature et arts (IMLA)
  3. Représentations, préjugés et discriminations (REPDI)
  4. État de droit, Identités, Territoires et Histoire (EDITH)
  5. Économie, Management, Droit du Développement et de la Biodiversité (EMADDBIO)

En partant d’enjeux relatifs à la scolarisation, la valorisation des savoirs artistiques, la lutte contre les discriminations, l’Etat de droit, la mémoire de l’esclavage ainsi que le développement économique, déclinés en thématiques transversales prioritaires, les équipes travaillent sur des objets convergents, sur les mêmes terrains avec des questionnements scientifiques connexes, sans se désancrer de leurs champs disciplinaires respectifs.

Effectifs de l’unité

Enseignants-chercheurs

Amiri Linda
MFC (histoire contemporaine)cv


Aoustin Tristan
MFC (droit public)cv


Blérald Monique
PU (langues et cultures régionales)cv


Cécile Christian
MFC (langues et cultures régionales) | cv


Chapellon Sébastien
MFC (psychologie) | cv


Croguennec Soizi
MFC (histoire moderne)cv


Danglades Mylène
Professeur (français PLCP)cv


Débibakas Audrey
MFC (cultures et langues régionales)cv


Dispagne Michel
PU (sciences du langage)cv


Elfort Maude
MFC HDR (droit public)cv


Guematcha Ngandeu Emmanuel
MCF (droit public)cv


Haridas Christian
MFC (cultures et langues régionales)cv

Harpin Tina
MFC (littératures comparées)cv


Hidair Isabelle
MFC HDR (anthropologie)cv


Lima Pereira Rosuel
MFC (littératures lusophones, études brésiliennes)cv


Lopes Da Silva Macedo Silvia
MFC (anthropologie) cv


Marie-Magdeleine Loïc
MFC (civilisations anglophones)cv


Mam Lam Fouck
PU émérite (histoire contemporaine) | cv


Mulla Ahmed
MFC e (études anglophones) | cv


Ndagano Biringanine,
MFC (littérature) | cv


Nicolas Thierry,
MFC (géographie) | cv


Qribi Abdelhak
MFC (sociologie) | cv


Roselé Chim Paul
MFC HDR (sciences économiques) | cv


Sabine Inga
MFC (sciences du langage) | cv

Docteurs

Andriot Cédric
Docteur en histoire | cv


Belfort Aline
Docteur en littérature | cv


Boisdron Dominique
Docteur en sciences de l’éducation | cv


Danglades Mylène
Docteur en littérature | cv


Gadio Gueda
Docteur en sociologie | cv

Maganga Ulrich Kevin
Docteur en littérature comparée | cv


Mencé Christelle
Docteur en sciences de l’éducation | cv


Nken Simon
Docteur en histoire contemporaine | cv


Pindard Marie-Françoise
Docteur en ethnomusicologie | cv


Sajus Nicolas
Docteur en sciences du langage | cv

Doctorants

Alaïs Agathe
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Isabelle Hidair-Krivsky


Alamachère Maud
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Isabelle Hidair-Krivsky


Badamie Mireille
Cultures et langues régionales | cv
Directeur/trice de thèse : Monique Blérald


Bénédéteau De Laprairie Dave
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Michel Dispagne


Bérenger Erika
Sciences du langage | cv
Directeur/trice de thèse : Michel Dispagne


Eliscar Serlande
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Michel Dispagne

François Lechby
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Monique Blérald


Jean-François Guylaine
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Monique Blérald


Lama Boris
Histoire | cv
Directeur/trice de thèse : erge Mam Lam Fouck


Martin Isabelle
Sciences du langage | cv
Directeur/trice de thèse : Serge Mam Lam Fouck/Sophie Alby


Ribery Florence
Sciences de l’éducation | cv
Directeur/trice de thèse : Michel Dispagne

Membres associés

Enseignants-chercheurs

Bondil Frédéric
MFC en droit privé (UG) | cv


Ferreira Da Silva Brigida Ticiane
MFC en sciences de l’éducation (UEAP) | cv

Docteurs

Andriot Cédric
Docteur en histoire | cv


Maganga Ulrich Kevin
Docteur en littérature comparée | cv

Politique scientifique

Du fait de sa situation géographique et de son statut de département français situé en Amérique du Sud, la Guyane attire des populations du monde entier, et plus particulièrement des pays du continent sud-américain et de la Caraïbe, souvent en quête d’une vie meilleure. En conséquence, la population guyanaise double tous les 20 ans depuis les années 1990. 33% est de nationalité étrangère et 64 % n’est pas née en Guyane (Atlas des populations immigrées en Guyane, 2006). Ainsi, plusieurs nationalités, une vingtaine de langues et des modes de vie différents se côtoient dans un pays peuplé de 250 000 habitants pour une superficie de 84 000 km2.

La dynamique globale de la population en Guyane se caractérise également par sa jeunesse et sa croissance démographique élevée, dont le taux annuel atteint environ 2,6 %, selon l’INSEE (2018). La croissance démographique est cependant davantage imputable au solde naturel qu’au solde migratoire : une proportion élevée de jeunes dans la population (deux personnes sur cinq ont moins de 20 ans) explique le fort taux de natalité.

À ces difficultés socio-économiques et scolaires s’en ajoutent d’autres venant du monde socioprofessionnel, ainsi que ceux de la santé et du social, du fait de l’écart entre les normes sociales attendues par des socioprofessionnels d’une part, et celles qui organisent les modes de vie des travailleurs et usagers des services publics. Les discriminations liées aux politiques publiques et aux représentations des acteurs sociaux accroissent encore les problèmes. Par ailleurs, les interactions intergroupes et interindividuelles subissent le poids des identités sociales en jeu sur le territoire.

C’est dans ce contexte, qu’il faut comprendre la question des inégalités sociales à l’école ; les stratégies de constructions identitaires et les interactions, ainsi que l’émergence des représentations, préjugés et discriminations, l’histoire et l’occupation de l’espace, de même que les questions relatives aux droits, à l’environnement et aux transformations économiques. Les thématiques retenues dans le cadre de ce projet de recherche sont envisagées comme des propositions de réponses aux enjeux du territoire guyanais en matière de cohésion sociale : enjeux liés à la démographie, la migration, la jeunesse de la population. Ces enjeux trouvent un écho dans les différents domaines de l’action publique que sont l’éducation, la santé, l’accès ou l’emploi.

Les activités de recherche sont portées par cinq thématiques communes à plusieurs chercheurs réunis autour du projet fédérateur « Plateau des Guyanes en mutation : circulations, dynamiques interculturelles, développement et patrimonialisation »

Enjeux et orientations stratégiques

Les enjeux majeurs de l’unité de recherche concernent la concertation entre les acteurs en vue de la structuration de la recherche en SHS. Il s’agit de créer les interfaces de la recherche, de promouvoir l’emploi scientifique (gestion de l’emploi et des carrières par les opérateurs concernés); de stimuler la politique des réseaux de recherche (en Guyane, à l’échelle nationale, à l’échelle internationale), et de veiller à l’internationalisation (organisation de colloques internationaux), l’innovation (proposition de nouveaux outils pédagogiques destinés aux enseignants) et aux liens avec les entreprises (Réponses à des appels d’offre relatifs aux thématiques étudiées par les chercheurs du laboratoire).

La valorisation de la recherche occupe une place importante dans les orientations stratégiques de l’unité :

Nous avons choisi de valoriser la recherche par :

  • La publication d’ouvrages collectifs
  • La publication d’articles scientifiques individuels / co-écrits + disciplinaires / transdisciplinaires revues rang A ou B
  • L’organisation de journées d’études – L’organisation de colloques internationaux
  • L’organisation de séminaires dédiés aux doctorants
  • D’autres formes de valorisation ont retenu notre attention, notamment la publication d’ouvrage de littérature de jeunesse traitant de la diversité culturelle[1].
  • La prise en compte des résultats de la recherche dans la formation initiale et continue des acteurs des services publics (éducation, santé, social) : cours portant, sur l’interculturalité, éducation en contexte multiculturel, dispensés au sein des formations suivantes

IUT

DUT carrières sociales

Département Lettres et Sciences humaines

Licence d’histoire
Licence lettres modernes
Licence anglais/portugais
Master Sociétés et Interculturalité

Masters MEEF de l’ESPE

Masters MEEF « Professorat des Écoles » (Langues et Cultures Régionales option Langues de Guyane) ; MEEF Pratique et Ingénierie de la formation (Pratique et ingénierie de l’Education et de l’Action Sociale, Formation de formateurs et analyse de pratiques) ; MEEF second degré (Lettres modernes).

IUFC

DU Arts et Histoire des carnavals (Amériques/Caraïbes)
Masters : Intervention sociale et Développement local » (ISDL) et Pratiques du Français Langue de communication et d’Insertion Sociale (PFLCIS)

École doctorale

Anthropologie des cultures en contact
Initiation aux langues et civilisations lusophones et anglophones
Littérature/oralité

Rectorat

Formation continue des enseignants d’histoire et de géographie

Produits de la recherche et activités de recherche

1. Bilan scientifique

L’activité du laboratoire est organisée autour de cinq thématiques placés sous la responsabilité d’un enseignant-chercheur chargé de convoquer les membres, d’animer les réunions, de transmettre les informations relatives à la thématique (appel à communications, à articles, projet ANR, etc.),

1.1. Thématique 1 : Education, scolarisation, inclusion (ESCI)

Sous la responsabilité de Dispagne Michel, professeur des universités, sciences du langage, sciences de l’éducation

Objectifs scientifiques

L’élévation de la qualité de la scolarisation et la réduction du décrochage scolaire sont des enjeux majeurs. Les recherches mettant en évidence l’impact du milieu social sur la réussite scolaire, il convient donc de proposer des analyses visant à mettre en évidence les caractéristiques sociales, culturelles et linguistiques des élèves. En effet, il importe que les recherches menées en ce sens contribuent à aider les professionnels de l’éducation à gérer la diversité. Ceci afin de participer concrètement, à travers la diffusion des travaux des membres, à réduire les effets de reproduction des inégalités sociales. Une approche multifactorielle, centrée sur divers aspects de la construction de l’expérience scolaire, doit conduit à proposer des pistes pour l’élévation de la qualité de la scolarisation, en termes de politiques éducatives ou de didactique.

Afin d’atteindre ces objectifs, les recherches s’appuient sur des approches descriptives et compréhensives visant à combler les déficits de connaissance sur l’école en Guyane, des approches critiques portant notamment sur les niveaux macro et micro des politiques éducatives, des approches théoriques visant à faire évoluer la connaissance sur la question des inégalités scolaires au regard des données issues du terrain guyanais et de la région au sens large (ce qui sous-entend la mise en œuvre d’approches comparatives au niveau de la région et de l’outremer notamment, mais pas exclusivement), et enfin des approches « pratiques » pouvant elles-mêmes faire l’objet d’une réflexion théorique sur les notions de recherche impliquée, participative, collaborative, etc.

Animations scientifiques :

1er au 14 décembre 2017 : séminaire du Professeur Olivier Meunier, Université d’Artois, sociologue destiné aux master 2 et doctorants de MINEA.
Mars à juin 2018 : séminaires animés par les doctorants, sous la supervision d’Audrey Débibakas (maître de conférences, langues et cultures régionales).

1.2. Thématique 2 : Imaginaires, littérature et arts (IMLA)

Sous la responsabilité de Blérald Monique, professeur des universités, langues et cultures régionales,

Objectifs scientifiques :

Afin d’établir une réflexion sur la pluralité des identités et la diversité culturelle, des approches différentes sont prises en compte de façon transversale. La circulation des différentes pratiques, notamment celle de l’oralité à travers une perspective ethnolinguistique et ethno-littéraire, est prise en compte. Des rapprochements sont effectués avec les traditions orales africaines et amérindiennes dans une perspective intertextuelle. Un accent tout particulier est mis sur le théâtre et la littérature comme espaces d’expression de cette littérature orale et des mythes fondateurs non seulement de nos communautés « en résistance » comme les sociétés issues des Noirs marrons, mais plus largement de la construction d’une identité partagée entre tous, tout comme le fut Zumbi, héros du quilombo Palmares, ayant cessé d’être le héros de la seule communauté noire du Brésil pour devenir un héros de la nationalité brésilienne. On relie également les œuvres littéraires et artistiques à l’acquisition, à la maîtrise et à l’approfondissement de diverses méthodes critiques pour penser le monde afin de dévoiler leur dimension esthétique. Quant aux pratiques artistiques populaires et expressions religieuses, elles sont, elles aussi, en dialogue avec la réalité sociale. C’est la raison pour laquelle, leurs diverses manifestations feront, l’objet d’analyses approfondies. L’interculturalité est une dimension fondamentale et incontournable des espaces amazoniens et caribéens. Ce qui fait de ces territoires des lieux d’échanges culturels, de partage et d’hybridité. Enfin, à travers les cultures populaires et les expressions artistiques, nous étudierons la conception d’un espace pluriel qui est l’expression achevée de l’interculturalité.

Animations scientifiques :

  • 25 mai 2016 : Soirée d’hommage aux poètes guyanais réalisée dans le cadre de la parution de « l’Anthologie des poètes guyanais de René Maran à nos jours ».
  • Juin 2016 : Première Journée d’étude du Plateau des Guyanes de l’Université de Guyane eut lieu le 15 et 16 juin.
  • Janvier 2017 : Colloque international « Touloulou de bal paré-masqué. Permanences et évolutions ».
  • Novembre 2017 : Collecte de données audio-visuelles, de témoignages d’anciens riverains en vue archivage et parution d’une étude pluridisciplinaire autour de l’évolution d’une ancienne rue de la ville de Cayenne : lari Bwa Corbo (1885), devenue lari 3 Kaz (1930), puis rue Traversière (1956) puis rue Roland Barrat (1966), sous la direction de Monique Blerald et Linda Ameri
  • Mars 2018 : Séminaire animé par Tina Harpin et Ahmed Mulla : « Des constructions raciales du genre au féminisme noir »
  • Avril 2018 : Journée d’études intitulée « Théâtre populaire et oralité », sous la responsabilité de Monique Blérald
  • Octobre 2018 : II° Journée d’Étude du Plateau des Guyanes. Circulations et Décentralisation en Littérature. Les 25, 26 et 27 octobre 2018, à Macapá – Brésil.

1.3. Thématique 3 : Représentations, préjugés et discriminations (REPDI)

 Sous la responsabilité de Lopes Da Silva Macedo Silvia, maître de conférences, anthropologie

Objectifs scientifiques

Tout d’abord, pour comprendre les caractéristiques des représentations sociales, nous insistons sur le fait qu’il n’existe pas de représentations sans objet. On s’intéresse donc au phénomène d’interaction entre un sujet et un objet. La représentation à un caractère imageant et la propriété de rendre interchangeable le sensible et l’idée, le percept et le concept. Le terme image ne signifie pas la simple reproduction de la réalité mais renvoie à l’imaginaire social et individuel. Elle relie les choses aux mots, elle matérialise les concepts.  Les représentations sociales permettent aux individus d’intégrer des données nouvelles à leurs cadres de pensée. Ces connaissances ou ces idées neuves sont diffusées plus particulièrement par certaines catégories sociales : les journalistes, les politiques, les médecins, les formateurs…. Elles sont une manière de penser et d’interpréter le monde et la vie quotidienne. Les valeurs et le contexte dans lequel elles s’élaborent ont une incidence sur la construction de la réalité. Il existe toujours une part de création individuelle ou collective dans les représentations. C’est pourquoi elles ne sont pas figées, même si elles évoluent lentement. On peut parler de fonctions d’interprétation et de construction de la réalité. Nous étudions également les représentations sociales parce qu’elles sont porteuses de sens, elles créent du lien ; en cela elles ont une fonction sociale. Elles aident les gens à communiquer, à se diriger dans leur environnement et à agir. Elles engendrent donc des attitudes, des opinions et des comportements. Les représentations ont aussi pour fonction de situer les individus et les groupes dans le champ social. Elles permettent l’élaboration d’une identité sociale et personnelle gratifiante, c’est-à-dire compatible avec des systèmes de normes et de valeurs socialement et historiquement déterminés. Dans notre recherche, nous nous proposons d’étudier l’émergence des préjugés, des stéréotypes et des discriminations dans une société multiculturelle à travers des disciplines comme la sociologie, l’histoire, le droit, l’économie, la géographie.

Animations scientifiques

  • Les 29 et 30 novembre 2017, le laboratoire MINEA a participé au premier « Seminario Internacional de Pesquisa em Ciências Humanas : Avanços e Desafios » organisé par l’Université d’Etat de l’Amapa. Les axes de recherche abordés sont :
  • Desafios da pesquisa na area das Ciências Humanas no contexto atual – em relação as ciências ditas « duras » ;
  • A importância da pesquisa para a comunidade acadêmica;
  • Relação Guyana-Amapa e possíveis colaborações cientificas na área das Ciências Humanas.
  • Le séminaire comprenait la visite du laboratoire de Pédagogie et la présentation des activités de recherche.
  • 10 au 21 décembre 2017 : Séminaire du Professeur Nicolas Rey, université de Guadalajara (Mexique) « Sport, citoyenneté et développement » destiné aux master 2 et doctorants de MINEA.

 

1.4.  Thématique 4 : Etat de droit, Identités, Territoires et Histoire (EDITH) 

Sous la responsabilité de Amiri Linda, maître de conférences, histoire contemporain

Objectifs scientifiques

Si la notion même de territoire est polysémique, cet axe entend réunir des recherches en sciences humaines et sociales qui envisagent le territoire comme producteur d’identité. L’espace qui est considéré ici a hérité de son histoire un découpage entre plusieurs pays souverains – à l’exception de la Guyane française qui a le statut politique de collectivité territoriale de la République française – du Venezuela à l’ouest au Brésil à l’est et au sud. Il englobe le bassin de l’Amazone, essentiellement brésilien, mais comprenant des extensions en Colombie, au Pérou et en Bolivie. En somme il s’agit de la grande région formée par le Plateau des Guyanes et tout le bassin de l’Amazone.

La première approche interroge la circulation, dans l’espace ainsi défini, des individus, des savoirs, des pratiques et des représentations qui les caractérisent. Il s’agit de penser les phénomènes circulatoires au prisme d’un espace spécifique, celui qui englobe le Plateau des Guyanes et le bassin de l’Amazone, afin de rendre compte de phénomènes sociaux, politiques et culturels variés, tels que les processus migratoires, la diffusion de « modèles » de bonne gouvernance ou la propagation de certaines pratiques culturelles. Avec l’ouverture du pont de l’Oyapock et des liens historiques notamment avec l’Etat de l’Amapa qui fut disputé entre la France et le Brésil, la question de l’intégration régionale et des mobilités prend encore davantage de sens.

La seconde approche vise, d’une part, à questionner les interactions entre la dynamique des systèmes naturels ou artificialisés et celle des sociétés humaines (concept d’anthropo-système). D’autre part, elle entend réserver au droit des peuples autochtones des études qui tireront profit de l’existence dans la région du Plateau des Guyanes et du bassin de l’Amazone de peuples autochtones soumis à des législations qui varient en fonction des nations qui occupent ces espaces.

Animations scientifiques :

  • 16 et 17 juin 2016 : Journée d’études du département de formation et de recherche lettres et sciences humaines consacrée à la « Circulation des individus, des savoirs et des pratiques culturelles dans le Plateau des Guyanes ».
  • Accueil de Luz Helena Di Giorgi Fonseca afin de travailler sur la question des émotions et des discriminations.
  • 07 et 8 juin 2019 : Journée d’études « Géographies de l’esclavage sur le Plateau des Guyanes : mobilités, héritages, discours (https://calenda.org/441303).

1.5. Thématique 5 : Economie, Management, Droit du Développement et de la Biodiversité (EMADDBIO)

Ce champ de recherche est ouvert sur les approches littéraires, anthropologiques, sociologiques, géographiques, historiques, linguistiques et artistiques. Il procède des sciences économiques, des sciences de gestion, des sciences juridiques et politiques. Il couvre le champ des industries culturelles et du marché mondial des produits culturels. Ce champ s’appuie sur le développement du sport, créateur de richesses qui permettent de ré-enchanter le présent et l’avenir des territoires. L’intelligence sportive joue en leur faveur. Les opportunités offertes par le marché ouvrent vers le redéploiement du développement. Ce champ est orienté vers la gestion de l’entreprise et les problématiques de l’entreprenariat. Il met l’accent sur les études portant sur la thématique du financement des TPE et l’innovation. Par ailleurs, il mène un vaste programme d’analyse sur l’entrepreneuriat, les PME et la santé. C’est ainsi que les questions relatives à l’influence de la somnolence et à la concentration sur la vigilance entrepreneuriale des dirigeants de PME, l’étude empirique de la qualité du sommeil, la santé des dirigeants et la souffrance patronale constituent les études fondamentales de cet axe. Les thématiques recouvrent le Droit Public d’un côté en prenant le contexte international et le Droit Privé en ce qui concerne particulièrement la responsabilité civile, pénale et environnementale liée à l’entreprise. Il examine le droit de la concurrence.

  • Animations scientifiques
  • Un séminaire mensuel. Il donne lieu à la présentation d’études ou à des publications en cours.

Le 21 juin 2018 : 1ère journée d’étude sur le thème Développement et Biodiversité de 9h à 17h à l’amphi E Bat DFR SJE. C’était l’occasion pour l’ensemble des chercheurs de confronter leurs études qui feront l’objet d’un ouvrage collectif.

Projet scientifique à cinq ans

« Plateau des Guyanes en mutation : circulations, dynamiques interculturelles, développement et patrimonialisation »

Le rayonnement de la recherche en sciences humaines et sociales sur le Plateau des Guyanes et, plus largement, sur l’ensemble du bassin amazonien, est limité par l’absence de production partagée des savoirs scientifiques et l’inexistence d’une cartographie de la recherche scientifique en Sciences de l’Homme et de la Société.

Notre projet vise à combler ces lacunes afin de permettre la création d’un réseau universitaire nord-amazonien constitué d’équipes de recherche et d’écoles doctorales travaillant sur des thématiques identiques ou proches de celles de MINEA. Pour ce faire, nous proposons d’établir un état des lieux visant à identifier les partenaires potentiels et évaluer les freins éventuels.

Cet état des lieux permettra de mettre en place un programme de recherche transfrontalier qui sera accompagné de la création d’une plate-forme numérique à destination des enseignants-chercheurs et des doctorants des universités partenaires. Au-delà du renforcement des liens institutionnels, cette plate-forme offrira aux chercheurs les outils numériques pédagogiques nécessaires aux échanges de bonnes pratiques et de paradigmes partagés. Ces outils numériques pourront être : mutualisation de base de données, mise en ligne de MOOC, de TICE, création de blog scientifique sur le modèle d’Hypothèses, mise en ligne de thèses, création d’une revue en ligne etc.

De plus, ce réseau universitaire permettra aux étudiants et jeunes diplômés en sciences humaines et sociales (niveau master à doctorat) une meilleure insertion professionnelle grâce à la création d’une plate-forme commune pour l’emploi, sur le modèle du Joab Board des universités franciliennes.

  • Création d’une cellule de veille inter-universités favorisera le suivi et la traçabilité de ce Projet
  • Recrutement d’un chef de projet à plein temps en CDD (IGR)
  • Recrutement d’une secrétaire administrative à temps plein en CDD
  • Recrutement d’un Webmaster expérimenté à temps plein en CDD
  • Mise à disposition d’un local pour l’accueil du personnel de MINEA

1. Contexte

Le Plateau des Guyanes est un espace diversifié sur le plan géopolitique. Les pays qui le composent ont néanmoins en partage des processus communs : migrations et coopérations transfrontalières, échanges culturels et linguistiques denses, influences littéraires et artistiques réciproques.

L’ensemble de ces phénomènes feront l’objet d’analyses précises, lors de rencontres scientifiques (6 workshop, 2 journées d’études, 1 séminaire doctoral et 1 colloque) résolument pluri- et transdisciplinaires. Les workshop viseront à établir le diagnostic et le cahier des charges des plateformes numériques ainsi que l’élaboration d’un programme de recherche international commun à l’ensemble des universités partenaires.

Le programme de recherche envisagé portera sur l’espace nord-amazonien et plus particulièrement sur la manière dont les populations migrantes reconfigurent leur espace et leur vie sociale, culturelle et politique, et la façon dont ces pratiques ont été pensées, théorisées, représentées.

Les trois grands axes de réflexion proposés sont les suivants : comprendre les pratiques de circulation des individus, des savoirs, des traditions dans le Plateau des Guyanes, discuter, à partir de la situation du Plateau des Guyanes, de la valorisation et de la protection de ce patrimoine matériel et immatériel, et mener une réflexion juridique commune (droits fondamentaux, droit de l’environnement et droit comparé des institutions administratives).

La rencontre de chercheurs issus de différentes disciplines des sciences sociales et humaines, de la littérature au droit, en passant par l’histoire, la linguistique ou encore l’anthropologie, contribuera à enrichir la compréhension de la complexité du phénomène des circulations dans le Plateau des Guyanes, et esquissera de nouvelles perspectives de recherche et de projets d’échange. Le projet vise à constituer un réseau de recherche en sciences-humaines sur l’espace amazonien, à élaborer un programme de recherche commun (avec les partenaires du Brésil, du Suriname et du Guyana) afin d’aboutir à une meilleure connaissance des patrimoines, de leur circulation et de recommander la mise en place d’une politique commune de leur protection et de leur valorisation.

Dans le cadre du Réseau universitaire nord-amazonien, les activités de recherche s’enrichiront d’un volet pédagogique à l’attention des doctorants et étudiants de master : mutualisation de modules de formations universitaires sur le patrimoine, l’histoire, l’immigration, la scolarisation. Il existe des formations aux niveaux licence et master chez nos partenaires qui peuvent faire l’objet d’une mutualisation avec les parcours proposés en Guyane (Licence Histoire, Masters Métiers de l’éducation, de l’enseignement et de la formation). Séminaires de recherche communs, cotutelle de thèse et de stages postdoctoraux.

Par ailleurs, le projet visera à développer des modules de formation universitaire et des outils communs de recherche sur la circulation des pratiques et savoirs culturels sur le Plateau des Guyanes (mobilités géographiques, adaptation de l’éducation en contexte multiculturel, patrimonialisation) via l’organisation de stages, séminaires et colloques en collaboration avec les universités partenaires.

2. Enjeux et intérêt

  • Constituer un réseau de recherche en sciences humaines sur l’espace amazonien
  • Elaborer un programme de recherche commun (avec les partenaires du Brésil, du Suriname et du Guyana)
  • Favoriser une meilleure connaissance des patrimoines et faire des recommandations pour la mise en place d’une politique commune de leur protection et de leur valorisation
  • Mieux comprendre les phénomènes de circulations de population afin d’en prévenir et d’en expliquer les effets.

L’intérêt est de participer à la construction d’une identité fondée sur le sentiment d’appartenance à un destin commun des universités du Plateau des Guyanes. Développer un projet international de formation et de recherche en lien avec les réalités du territoire, permettre aux chercheurs de confronter leurs points de vue et développer le partage des savoirs sur le bassin amazonien.

3. Résultats attendus

L’action se déroulera sur cinq années universitaires (2019 – 2024). La création de ce réseau de collaboration permettra un apport conséquent sur le plan scientifique, puisqu’il s’inscrira dans un cadre de recherches pluridisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales, menées par des chercheurs d’origines nationales diverses, sur les sujets tels les représentations identitaires, la patrimonialisation, la scolarisation, l’occupation et les usages de l’espace frontalier. Ces actions seront concrétisées par la publication des travaux. Sur le plan pédagogique, ce projet participera au renforcement des connaissances par la mutualisation des recherches. Mais aussi à la formation de plusieurs centaines d’étudiants de Licence et de Master à la méthodologie de la recherche en sciences humaines et sociales et au partage de savoirs entre les six universités (ADEKUS, UEAP, UNIFAP, UFRJ, UDG et UG), sur les questions migratoires. Il s’agit de créer un fonctionnement en réseau de six universités autour des questions liées aux préoccupations socio-économiques actuelles (formation des enseignants, phénomènes migratoires, impacts économiques, droit). Le centre du projet est la Guyane et ses états transfrontaliers du Brésil et le Suriname, mais notre ambition et nos intérêts vont bien au-delà. En effet, l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) ainsi que l’Université Fédérale du Céara et l’université de Guadalajara au Mexique (UDG), des partenaires très actifs et reconnus au Brésil et à l’international, sont également associées au projet. L’action de coopération proposée entre ces universités partenaires permettra de mutualiser les travaux dans la zone des Guyanes et d’amorcer une réflexion commune sur les mobilités des populations présentes dans le Plateau des Guyanes. L’organisation d’un colloque facilitera les échanges car les travaux menés au sein du laboratoire MINEA visent, depuis le départ, à contribuer au renouvellement de la recherche en Sciences humaines et sociales en matière de connaissance des sociétés de l’espace amazonien. Les contacts ont été pris avec des enseignants-chercheurs et des chercheurs rattachés aux universités présentées ci-dessous. Les objectifs sont de pérenniser ses partenariats par l’organisation de manifestions scientifiques, l’accueil de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, doctorants et de post-doctorants. Ils sont également disposés à faire partie du comité scientifique de la revue électronique de l’équipe de MINEA