Conférence – Pauvreté, droit et cohésion sociale

Conférence – Pauvreté, droit et cohésion sociale

conférence

Dans le cadre du cycle de conférences organisé par la Commission Culture de l’Université de Guyane et le laboratoire MINEA, la Professeure des Universités Florence FABERON interviendra sur les politiques publiques de lutte contre la pauvreté au travers une conférence qui se déroulera le 03 décembre 2020 à 18h30 à l’Amphi A et qui s’intitule : Pauvreté, droit et cohésion sociale.

La cohésion sociale et les droits de la personne humaine obligent à édifier des politiques publiques de lutte contre la pauvreté et plus encore ils nous intiment de renouveler les moyens de cette lutte. La pauvreté est une réalité vivante et plurielle qui se caractérise par des situations de violation des droits de la personne humaine, des droits devant se concevoir de manière globale et indivisible. Les réalités qu’elle enserre fragilisent la cohésion sociale. Il nous appartient de trouver des équilibres nouveaux en fondant les politiques publiques considérées sur les droits de la personne humaine. Il nous appartient de ne pas nous limiter à déployer un droit des pauvres. Le droit n’est qu’un outil au service de qui s’en sert et il doit être en capacité de se développer en pensant son effectivité, son intelligibilité et son accessibilité.

Quelques mots sur la conférencière
Florence Faberon, Professeure de droit public à l’Université de Guyane et membre du MINEA (EA 7485), a un champ d’enseignement et de recherche qui porte sur le droit public et plus spécifiquement le droit administratif, le droit constitutionnel, les droits fondamentaux, le droit de l’aide et de l’action sociale ainsi que le droit de l’outre-mer. Elle a travaillé sur les questions de vulnérabilité, de responsabilité ou encore de pluralisme juridique. Elle codirige le programme « Handicap et citoyenneté » coporté par l’Université Clermont Auvergne et l’Université de Saint-Boniface (Manitoba, Canada). Elle est l’auteur de nombreux ouvrages et articles. Elle a participé scientifiquement à de nombreuses manifestations scientifiques et elle a organisé plusieurs colloques. Elle a par exemple publié : « Extrême pauvreté et droits de l’homme : analyse de l’obligation juridique et des moyens des pouvoirs publics français dans la lutte contre l’extrême pauvreté », Préface de J. Robert, Prix de Thèse Alexandre Varenne, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de la Faculté de droit de Clermont-Ferrand, Diffusion LGDJ, 2001, 431 p. ou encore « Action et aide sociales », avec Élie Alfandari, Dalloz, (Précis), 2011, 862 p. ; Diversité de la démocratie. Théorie et comparatisme : les pays de la Mélanésie, Clermont-Ferrand, Les éditions du Centre Michel de l’Hospital-LGDJ-Lextenso éditions, 2016, 599 p. ; Diversity of Democracy. Theory and Comparative Study: The Melanesian Countries, Presses électroniques de la Maison de la Mélanésie, 2016, 190 p. ; « La notion de ‘valeurs essentielles’ dans la jurisprudence administrative », Revue de la recherche juridique, Droit prospectif, 2015-4, p. 1765-1794 ; « Le fédéralisme comme solution française de décolonisation : le cas de la Nouvelle-Calédonie », Revue française de droit constitutionnel, avril 2015, p. 53-72.