L’œuvre théâtrale inédite d’Élie Stéphenson

L’œuvre théâtrale inédite d’Élie Stéphenson

La Commission Culture propose un rendez-vous mensuel autour de la littérature : les Rencontres Littéraires. Cette nouvelle édition aura lieu le mercredi 9 décembre à 18h30 à l’Amphithéâtre A. Venez nombreux écouter Biringanine NDAGANO en présence d’Elie STEPHENSON qui présenteront L’œuvre théâtrale inédite d’Élie Stéphenson. Port du masque obligatoire.

Né en 1944 à Cayenne, Élie Stephenson est, avec le poète Léon-Gontran Damas, l’une des grandes figures de la littérature guyanaise. Auteur d’une dizaine de recueils de poèmes, dont Une Flèche pour un pays à l’encan, Catacombes de Soleil, La Conscience du feu, il a écrit une dizaine de pièces de théâtre, dont une grande partie était inédite. Une lacune que vient combler le présent volume qui regroupe six pièces de théâtre inédites du dramaturge révolutionnaire de Guyane, articulées autour d’un dénominateur commun – la domination : Les Voyageurs, suivi de Un Rien de pays, Les Délinters, La Route, La Terre, Placers ou L’Opéra de l’or.

« Quel que soit le sens dans lequel on tourne l’œuvre de Stephenson, écrit Biringanine Ndagano, il y est toujours question du pouvoir du Blanc, ce pouvoir qu’il s’est arrogé par la force, depuis le voyage de Christophe Colomb, jusqu’à ce jour, en passant par la colonisation, l’esclavage, les indépendances, la départementalisation ou la régionalisation. C’est ce qu’on appellerait une variation. Oui, l’œuvre de Stephenson est une variation sur le même thème. »

Cet ouvrage fondamental enrichit notre compréhension des conflits contemporains. Il apporte également un éclairage neuf sur l’émergence des idées nationales dans les dernières décennies de l’Empire ottoman. En s’émancipant des anachronismes et des interprétations idéologiques du passé, il joint sa voix à celle des chercheurs turcs, balkaniques, arméniens, arabes ou israéliens qui s’efforcent de « sauver l’histoire de la nation » en faisant preuve d’un grand courage intellectuel et politique. Sa lecture s’impose en ces temps de passions identitaires.

Quelques mots sur le conférencier
Biringanine Ndagano est maître de conférences à l’Université de Guyane où il enseigne la littérature francophone. Il a exercé au ministère français des Affaires étrangères, en qualité d’expert technique international. Auteur critique, il a notamment écrit : Nègre tricolore (Maisonneuve et Larose, 2000) ; L.-G. Damas, poète moderne (Ibis Rouge Éditions, 2009) et a dirigé l’ouvrage collectif Penser le Carnaval (Karthala, 2010).