Passer au contenu principal
recherche
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024
    •    Commissions CVEC/FSDIE – Aides sociales :  les 6 et 7 février 2024

Dans le cadre du séminaire « Frontières, circulations, interculturalités et interactions Hommes-Milieux », le DFR LSH, en collaboration avec les laboratoires LEEISA et MINEA, vous propose une conférence intitulée « Des frontières symboliques ambigües. Fête des morts, patrimoine et violence au Mexique ». 

Celle-ci sera présentée par Magali Demanget, anthropologue, Université Montpellier 3, le mardi 4 avril de 18h à 20h en F002.

Cette présentation partira du décalage observé au Mexique entre la publicité élaborée autour des « fêtes indigènes dédiées aux morts » promues par l’UNESCO et l’actualité de violence extrême qui déchire le pays. Celle-ci prendra notamment appui sur les enquêtes de terrain menées par Magali Demanget dans la Sierra Mazateca cette dernière décennie, pour explorer les relations rituelles nouées à l’occasion de cette célébration entre vivants et défunts, ainsi que leur mise en scène à des fins patrimoniales. La présentation abordera alors autant l’établissement des représentations positives de la mémoire des morts, patrimoniales ou non, que leur dislocation, telle qu’elle se profile notamment dans les cas des « disparitions forcées ». Cette mise en perspective conduira à traiter la frontière sous l’angle de sa polysémie, de son épaisseur et de ses dynamiques, et aussi de son effacement. Celle-ci sera considérerée tour à tour comme le passage temporel irréversible de la vie à la mort, comme sa symbolisation et comme une limite catégorielle potentiellement franchissable entre vivants et défunts, comme cadrage rituel à même de circonscrire l’espace-temps permettant ce passage, ou encore comme une borne symbolique mouvante et malléable élaborée à des fins de démarcation identitaire ethnicisée. Cette exploration permettra aussi d’interroger l’implication de sa dissolution.

Quelques mots sur la conférencière :

Magali Demanget enseigne l’anthropologie à l’université Paul Valéry et elle est membre de l’UMR Sens (Savoirs Environnement société). Elle mène ses recherches au Mexique où elle s’intéresse notamment aux processus de mise en patrimoine du chamanisme et de la fête des morts. Elle a dernièrement publié en 2022 Le Commerce de la Chair des Dieux. Chamanisme et modernité en terres mazatèques, aux Presses Universitaires de Rennes (collection « Des Amériques ») et elle a coédité en 2015 avec Carine Chavarochette et Olivier Givre l’ouvrage Faire Frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques, aux éditions Karthala (collection Hommes et Sociétés).

Crédit photo : Sierra Mazateca, cimetière du haut de Huautla, 2 novembre 2011, Mexique © Magali Demanget

Fermer le menu

Université de Guyane | multiplions les possibles

fr_FRFrançais