Laura – From Germany with Love

Laura – From Germany with Love

Laura, 23 ans, est une étudiante allemande qui effectue sa troisième année de licence de Droit en programme ERASMUS à l’Université de Guyane. Portrait d’une passionnée des cultures étrangères.


Parle-moi un peu de toi ?
Je m’appelle Laura, j’ai 22 ans. Je viens d’une petite ville au Nord de l’Allemagne mais depuis mon jeune âge je désire étendre mes horizons en apprenant d’autres langues et en m’intéressant à d’autres cultures. Je suis très indépendante, mais je suis aussi très ouverte d’esprit. J’ai eu la chance de vivre en Colombie durant un an pour apprendre l’espagnol. J’ai travaillé dans une ONG, c’était une expérience inoubliable. C’est une expérience qui a donné un nouveau sens à ma vie et m’a motivé à poursuivre de nouveaux rêves tant au niveau professionnel que personnel.

Qu’étudies-tu ?
Je suis en troisième année de Droit. J’étudie en Guyane les matières internationales de mon cursus.

Tu es née en Allemagne et tu as fait une partie de tes études là-bas – pourquoi es-tu venue étudier en Guyane ?
Je voulais avoir une expérience ERASMUS un peu différente de celles bien connues en Allemagne. Ayant déjà eu plusieurs expériences en habitant à l’étranger, je sais que le meilleur moyen de réellement apprendre une langue et connaitre une culture est de partager avec les locaux. Je voulais certes une expérience francophone, mais je désirais surtout vivre pendant cette année, une vie étudiante comme celle de n’importe quel étudiant en Guyane.

Pourquoi la Guyane et pas un autre pays francophone ?
Ma principale motivation pour choisir la Guyane au lieu d’un autre pays francophone est principalement mon intérêt pour la relation entre la France Métropolitaine et ses territoires outre-mers, ainsi que la relation de la Guyane envers ses frontières et le reste de l’Amérique du Sud.

Que penses-tu de la Guyane ?
Je pense que c’est un territoire riche en biodiversité qui semble être un mélange de la culture francophone et du style de vie sud-américain. Les personnes que j’ai rencontrées jusqu’á présent ont été très accueillantes. Je pense que je reviendrai par la suite en Guyane, j’ai trouvé les gens très chaleureux et j’adore la biodiversité qu’offre ce territoire.

Quels sont tes projets de carrière ?
Je pense que je suis encore en train de définir mon chemin. Je peux tout de même m’imaginer un jour spécialisée en Droit Pénal, exerçant ma profession auprès d’une ONG, de préférence féministe. Je souhaite avant tout découvrir encore d’autres pays et particulièrement les pays d’Amérique du Sud comme la Bolivie ou encore le Brésil.

Quelles difficultés as-tu rencontrées pour t’installer ici ?
Due au fait que cette année est la première en termes d’échange d’étudiant à l’Université de Guyane, mon arrivée a été un peu déstabilisante. Ma plus grande difficulté a été de trouver un logement convenable à distance. De plus, les premiers jours à Cayenne étaient un peu difficiles pour moi par rapport à la langue, car je n’étais pas encore à l’aise en français, mais j’ai déjà l’expérience dans l’apprentissage d’une nouvelle langue donc un mois après mon arrivée je me sens déjà beaucoup mieux. Malgré les petites difficultés rencontrées, les gens ici se sont jusqu’à présent toujours montrés très ouverts et collaborateurs.

Quelles sont les recommandations que tu ferais à d’autres étudiants qui souhaiteraient faire comme toi ?
Cela ne fait qu’un mois que je suis ici, mais pour l’instant je leur dirai surtout de ne pas espérer le mode de vie accéléré des grandes villes d’Europe. La vie ici doit être prise avec patience, car le rythme de vie est tout simplement différent.

Quelle(s) différence(s) avec l’Allemagne ?
Le système en Allemagne est très différent, tout comme sa culture, ce qui rend une comparaison difficile. J’ai remarqué une grande différence par rapport à la participation des étudiants durant les cours et leur relation envers les professeurs. Il y a un véritable échange entre étudiants et professeurs, une ouverture à la discussion, l’analyse et la participation. En Allemagne, les étudiants préfèrent souvent étudier depuis la maison qu’assister aux cours magistraux, ce qui inévitablement finit par avoir un effet négatif sur la vie étudiante dans le campus.