Laureline – de la vie d’étudiante à celle de Miss Guyane

Laureline – de la vie d’étudiante à celle de Miss Guyane

Rencontre avec Laureline, notre nouvelle Miss Guyane. Elle nous raconte tout, de son parcours d’étudiante à son ascension au rang de Miss Guyane. Découvrez une étudiante qui a vu son rêve devenir réalité.

Présente-toi – ton parcours.

Je m’appelle Laureline Decocq, j’ai 18 ans et je prépare actuellement un DUT Techniques de commercialisation (TC) à l’IUT de Kourou sur le campus de Troubiran.

J’ai obtenu un baccalauréat Scientifique avec mention et aujourd’hui j’étudie au sein du Département TC. J’ai choisi cette filière car il y a plusieurs matières qui m’attiraient en particulier le Marketing. En effet, j’aspire plus tard à devenir Directrice Marketing. Cette orientation me permet d’allier ma passion qui est le mannequinat (que j’exerce depuis mes 14 ans), avec mon projet professionnel.

Dans l’idéal, j’aimerais travailler dans le secteur de la mode ou du luxe. Je sais que ces compétences à acquérir ne sont pas simples, il faut donc que je donne le meilleur de moi-même et que je  travaille pour y arriver. Ma vie d’étudiante est très importante à mes yeux et je suis satisfaite d’avoir fait le choix de rester en Guyane pour débuter mes études supérieures.

Pourquoi participer à Miss Guyane ?
C’était un challenge pour moi, car je suis quelqu’un de très stressé et plutôt réservé. J’ai dû faire un réel travail sur moi notamment au niveau de la gestion du stress,  afin de sortir de ma coquille. J’ai également été encouragée par mon entourage et notamment par certaines amies qui rêvaient de participer à ce concours, mais qui ne répondaient pas aux critères demandés. C’est également pour elles que j’ai sauté le pas. C’est une expérience unique qui m’a permis de grandir et de gagner en confiance.

Quelles sont tes ambitions en qualité de Miss Guyane ?
En tant que Miss Guyane, je souhaite m’investir pour la jeunesse. On dit souvent qu’elle est l’avenir de la Guyane. Pour cela, je pense que tout jeune doit commencer par connaître sa culture et ses racines. Je souhaite que nos jeunes sachent d’où ils viennent pour savoir où aller.

Au fil du temps je me suis rendue compte que l’on connaît mieux les pays étrangers et l’Hexagone (pour ceux qui ont la chance de voyager) que notre propre région. La Guyane est un territoire plein de richesses et de potentiels, il faut en profiter. Mieux le connaître nous donnera de l’énergie, et nous pourrons alors puiser dans ses ressources pour avancer.

Ces vacances, j’ai souhaité joué au guide touristique pour ma famille venue en vacances. Très vite, je me suis trouvée limitée car je ne connais pas assez la Guyane ; pire, à 18 ans, je découvrais certains endroits en même temps qu’eux. En tant que Miss, j’aimerais donc utiliser ma mission et mon rôle d’ambassadrice de la Guyane pour rappeler l’importance de mieux connaître notre département et notamment, les communes de l’intérieur. J’aimerais mettre en place des dispositifs, des circuits touristiques, des colonies de vacances au pays. J’ai de nombreux projets très ambitieux. La Guyane le mérite amplement.

 

Y a-t-il des associations que tu souhaites mettre en avant ? Des projets que tu souhaites mettre en place ?
Oui, j’ai beaucoup d’idées. On en a parlé avec mon chef de département car on a beaucoup de projets tuteurés par lesquels on doit monter ou aider des associations. L’idée serait d’utiliser mon rôle de Miss Guyane dans le cadre de mes études. J’ai eu la chance de participer à des challenges comme Act In Space (concours international autour des applications des technologies du spatial). Nous avons pu mettre en avant les talents du département. S’agissant de notre enseignement de Marketing territorial à l’Université, ma promotion prépare un déplacement sur la commune de Ouanary pour réfléchir aux potentiels de développement des communes éloignées. Il s’agira de concevoir des projets visant à dynamiser notre territoire.

Et demain, si tu deviens Miss France, quels sont tes projets ? Quelles sont les causes qui te tiennent à cœur ?
Si j’ai la chance de devenir Miss France 2019, j’aimerais beaucoup œuvrer en faveur de l’éducation des enfants. Selon moi, une population instruite confère la garantie d’une société sereine et épanouie. J’aimerais également développer l’éducation des filles, aussi bien au niveau national qu’international. Les filles se sont révélées être aussi compétentes que les hommes et il n’est pas rare de les trouver dans des carrières scientifiques et techniques qui avant, étaient plutôt réservées aux hommes. Avec le titre de Miss France, j’aspire à rallier le maximum de personnes à cette cause.

Comment se déroule l’accompagnement avec le Comité Miss Guyane ?
Le Comité Miss Guyane a des partenaires qui, outre de nombreux cadeaux, nous prodiguent de précieux conseils pour nous permettre d’aller plus loin. Pour toute la partie cosmétique/esthétique, le Comité a un partenariat avec l’Institut de Beauté Gardenia qui nous offre des soins. J’ai pu également bénéficier d’une formation en maquillage par un membre du Comité qui est maquilleuse professionnelle. Ce qui n’est pas négligeable car une Miss doit toujours être à son avantage et être capable de se préparer en toute autonomie. Tout l’accompagnement ne concerne pas que le physique bien entendu. Les Miss d’aujourd’hui doivent avoir aussi une tête bien faite. Au niveau de l’élocution, nous avons un coach qui nous conseille et nous donne des clés. Je suis très bien encadrée par le comité, notamment par le président du Comité, Monsieur SEBAS. Parallèlement, je ne dois pas négliger mes études. Je vais donc en cours comme une étudiante ordinaire. Je rejoindrai l’organisation du Comité Miss France, qui va prendre la relève, à partir du 16 novembre.

Un mot, un conseil pour les jeunes filles qui souhaitent ou hésitent encore se présenter.
Je dirais qu’il ne faut pas hésiter et se lancer. Ma devise est « saisir les opportunités  et donner le meilleur de soi pour ne pas regretter après de ne pas l’avoir fait ». C’est dans cet état d’esprit que je me suis présentée à l’élection de Miss Guyane. Il faut plutôt considérer cette élection comme une expérience qui vous fait grandir tout en vous permettant de rester vous-même. C’est avant tout une aventure très positive et chacune a ses chances, dès lors qu’elle possède les critères requis.

La Guyane est composée d’une multitude d’ethnies et donc de beautés plurielles. A ces jeunes filles, je dirais: « Tentez votre chance car vous ne regretterez à aucun moment cette aventure unique. »